Canada: un proche du Premier ministre démissionne suite à un scandale

Le Premier ministre canadien Stephen Harper, le 16 mai 2013 à New York
Le Premier ministre canadien Stephen Harper, le 16 mai 2013 à New York - © Don Emmert

L'un des plus proches collaborateurs du Premier ministre canadien Stephen Harper a démissionné dimanche à la suite de l'aide financière qu'il avait apportée à un sénateur conservateur ayant encaissé des notes de frais injustifiées.

Nigel Wright, chef de cabinet de Stephen Harper, avait signé un chèque de 90.000 dollars pour permettre au sénateur Mike Duffy de rembourser rapidement ses notes de frais et tenter ainsi de freiner un scandale qui ne faisait qu'enfler.

Il s'agissait d'un chèque tiré sur son compte personnel et Nigel Wright s'est empressé de préciser qu'il n'avait pas consulté Stephen Harper avant de le signer.

Une affirmation que l'opposition a du mal à croire, Stephen Harper étant un chef de parti très actif, tenu parfaitement au courant de toutes les affaires courantes.

Le Premier ministre ne clarifie pas ce point dans un bref communiqué émis pour dire que "c'est avec beaucoup de regret" qu'il accepte la démission de Nigel Wright.

"J'accepte que Nigel ait cru qu'il agissait dans l'intérêt public, mais je comprends la décision qu'il a prise de démissionner", écrit Stephen Harper.

Le sénateur Mike Duffy s'était fait rembourser des frais de logement à Ottawa auxquels il n'avait pas le droit, car, contrairement à ce qu'il déclarait, il n'avait pas vraiment de résidence principale dans la province lointaine Île-du-Prince-Édouard qu'il représente.

Dans le sillage des révélations sorties d'un audit des comptes du Sénat, on a découvert que Mike Duffy, qui a démissionné jeudi dernier du parti conservateur, se faisait payer parfois deux fois pour un déplacement, par exemple dans le cadre d'une campagne électorale, par la chambre haute, déclarant un "déplacement relevant des affaires du Sénat" et par le parti conservateur.

AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK