Canada: pour S. Harper, la gauche représente un risque réel et énorme

Stephen Harper
Stephen Harper - © Patrick Doyle (archives EPA)

Au dernier jour de la campagne électorale canadienne, le Premier ministre sortant conservateur Stephen Harper a mis en garde l'électorat contre le risque "réel" et "énorme" que représenterait à ses yeux un gouvernement de gauche.

Stephen Harper, qui a pris la parole dimanche lors d'une réunion électorale à Stratford, dans la province de l'Ile-du-Prince-Edouard, a utilisé cet argument pour attaquer le Nouveau Parti Démocratique (NPD, gauche), en progression dans les sondages, et pour appeler les électeurs à offrir aux conservateurs la majorité parlementaire qui leur a échappé en 2006 et 2008.

"Mes amis, cette élection est à la fois un risque énorme et une opportunité radieuse. Le risque, un risque très réel, est que nous n'ayons pas cette majorité", a lancé le chef du parti conservateur.

Il a peint un sombre tableau des conséquences d'un tel résultat: "un gouvernement conduit par le NPD promettant la lune, ce dont on verrait bientôt les conséquences: hausse des impôts, suppressions d'emplois, difficultés pour les familles, un cauchemar constitutionnel, des augmentations du prix de l'essence et, assez rapidement, de nouvelles élections".

Arrivé en milieu de journée à London, en Ontario, Stephen Harper a repris le même thème, mettant en garde également contre les libéraux. Il a déclaré que leur leader Michael Ignatieff ne pouvait qu'espérer maintenant être "un passager sur la banquette arrière d'un gouvernement NPD".

Belga

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK