La police déjoue un projet d'attentat contre un train au Canada

La police déjoue un projet d'attentat impliquant Al-Qaïda au Canada
La police déjoue un projet d'attentat impliquant Al-Qaïda au Canada - © Ian Willms/Getty Images/AFP

La police canadienne a annoncé l'arrestation et l'inculpation de deux hommes soupçonnés de préparer un attentat contre un train de voyageurs. Les deux hommes, étrangers mais établis au Canada, auraient eu le soutien de membres d'Al-Qaïda en provenance d'Iran. L'affaire n'a aucun lien avec les attentats de Boston.

Selon la police canadienne, les deux hommes voulaient mener une attaque terroriste "contre un train de passagers, sur une ligne fréquentée". On évoque la ligne Toronto-New-York ou un train de l'agglomération de Toronto. 

Les deux suspects arrêtés ont 30 et 35 ans, l'un des deux serait Tunisien. Ils ont un profil de diplômé qualifié, l'un des deux est doctorant dans un institut de recherche.

Les deux hommes étudiaient le trafic ferroviaire dans la région de Toronto. Ils avaient, dit la police, l'intention et les moyens de commettre un attentat, mais elle précise que l'attentat envisagé était "à l'étape de la préparation" et qu'aucune attaque n'était "imminente".

Selon la police canadienne, ils recevaient des ordres et des conseils d'éléments d'Al-Qaïda établis en Iran, mais sans que cela signifie que l'état iranien lui-même soit impliqué. ""Il n'y a aucune information indiquant que ces attaques étaient soutenues par l'Etat iranien", a déclaré la police.

Les deux suspects ont été inculpés pour "complot en vue de commettre un attentat terroriste" et "complot (...) sous la direction d'un groupe terroriste".

L'enquête qui a permis ces arrestations a été menée en commun pendant plus d'un an par la police canadienne et le FBI américain. Ce projet d'attentat n'a aucun lien avec celui du marathon de Boston.

Ce complot en vue de commettre un attentat est le premier du genre imputé à Al-Qaïda sur le territoire canadien.

Avec M. Molitor

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK