Camille, étudiante belge, était à Stockholm lors de l'attaque: "On a entendu un grand boum"

La RTBF a pu recueillir le témoignage de Camille. Cette étudiante de 18 ans, originaire de la Région bruxelloise, passe quelques jours en Suède avec des amies. Ce vendredi, elle était dans le grand magasin dans lequel le camion utilisé lors de l'attaque a fini sa course folle. Au premier étage, Camille est dans le rayon cosmétique lorsqu'elle entend un grand "boum".

"On était à la caisse quand on a entendu le boum, on ne savait pas ce que c'était au départ", raconte Camille que la RTBF a pu joindre par téléphone. "On a d'abord pensé au métro comme le métro n'est pas très loin. On voit alors les gérantes du magasin courir vers le sortie pour voir ce qui se passe. Elles reviennent ensuite le visage fermé et c'est là que l'alarme du magasin a commencé à retentir."

Camille et ses amies ne se posent alors plus de question: il faut quitter le bâtiment rapidement. Elles courent vers la sortie "dans un mouvement de foule énorme". "On ne sait pas ce qui se passe, d'où cela vient, mais on sait qu'on doit partir. Quand nous arrivons dans la rue, on voit énormément de personnes, des gens en train de pleurer, de parler fort. On essaie de se calmer, mais la tension monte car on ne sait pas ce qui se passe. La police arrive vite et prend les choses en main."

De la fumée, une victime au sol...

Camille, sous le choc, n'a pas le temps de voir le camion. Ce qu'elle verra, c'est une importante fumée et une dame au sol avec le pied arraché. "Là, on se rend compte qu'il se passe quelque chose de grave. Mais on doit partir, on suit la foule. On voyait les gens qui paniquaient, les gens au téléphone. On a aussi entendu parler d'une fusillade. Les gens étaient sur les nerfs. C'était très éprouvant."

Dans le chaos qui a suivi l'attaque, le groupe de Camille décide de quitter le quartier et de trouver refuge dans un café "où on nous a proposé à boire et à manger. Cela a permis de faire redescendre la tension". Pour être encore plus en sécurité, la jeune belge part rejoindre l'ambassade de Belgique à Stockholm.

Plusieurs heures après ce que les autorités locales qualifient d'attentat, Camille est encore sous le choc. Si elle a pu contacter ses proches, elle sait qu'elle a traversé une intense épreuve émotionnelle. "Très vite, on a pensé à une attaque terroriste."

Camille a prévu de rester en Suède jusqu'à la fin de son séjour, soit mardi prochain.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK