Cameroun: trois gendarmes et un civil tués, la lutte "continue" pour les séparistes

Des soldats à Bamenda au Cameroun le 17 novembre 2017
Des soldats à Bamenda au Cameroun le 17 novembre 2017 - © STRINGER

Trois militaires camerounais et un civil ont été tués jeudi dans des incidents séparés dans le nord-ouest anglophone du Cameroun, où les séparatistes promettent de "continuer la lutte" après la neutralisation d'une large partie de leur état-major, extradée du Nigeria vers Yaoundé.

"Des séparatistes armés ont attaqué ce matin (jeudi) un check-point" tenu par des gendarmes dans la localité de Bingo (nord-ouest), a affirmé à l'AFP une source militaire camerounaise dans la région, précisant que deux gendarmes ont succombé à leurs blessures à l'hôpital.

A Bamenda (nord-ouest), des individus circulant à moto "ont abattu un militaire", a indiqué à l'AFP le ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Issa Tchiroma Bakary.

Un civil a par ailleurs succombé à ses blessures jeudi à l'hôpital de Bamenda, après avoir été touché par des tirs de militaires lors d'une opération dans la ville voisine de Santa, selon des sources concordantes.

"Il y a une escalade de la violence, incontestablement", a reconnu M. Tchiroma, dénonçant "une campagne sur les réseaux sociaux où ils (les séparatistes) invitent les populations à résister et à tuer". "Ces appels peuvent avoir un effet amplificateur de la violence", a-t-il estimé.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK