Cameroun: double attentat-suicide dans le nord, au moins 11 morts

Plusieurs attentats et attaques ont eu lieu au Cameroun depuis le début de l'année. Les patrouilles à la frontières nigériane sont parfois dépassées
Plusieurs attentats et attaques ont eu lieu au Cameroun depuis le début de l'année. Les patrouilles à la frontières nigériane sont parfois dépassées - © Tous droits réservés

Au moins 11 personnes ont été tuées lors d'un double attentat-suicide dans la ville de Fotokol, dans l'extrême nord du Cameroun, en proie aux islamistes de Boko Haram, a affirmé lundi une source proche des services de sécurité camerounais.

Depuis deux ans, les insurgés nigérians ont multiplié raids meurtriers et enlèvements dans cette région frontalière du Nigeria, mais c'est la première fois qu'un attentat-suicide se produit en territoire camerounais.

Un militaire tchadien fait partie des victimes, selon des sources sécuritaires à N'Djamena, qui ont fait également état de 11 morts, ainsi que les deux kamikazes, et 11 blessés après la double attaque survenue dimanche soir, lorsque deux femmes kamikazes se sont fait exploser à quelques secondes d'intervalle à proximité d'un camp du BIR (Bataillon d'intervention rapide) de l'armée camerounaise.

Vendredi, huit personnes réfugiées à Fotokol avaient été tuées par des insurgés islamistes à Gamboru, ville voisine située de l'autre côté de la frontière où Boko Haram reste actif, alors qu'elles étaient retournées inspecter leurs maisons endommagées.

L'armée tchadienne, qui participe en première ligne à une opération militaire régionale pour combattre le groupe islamiste nigérian, avait repris Gamboru en février à Boko Haram. Mais les insurgés profitent régulièrement de l'absence des forces de sécurité nigérianes dans la ville pour y mener de nouvelles attaques meurtrières.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK