Burundi: une figure de la défense des droits de l'Homme blessée par balles

Burundi: un barrage routier à Bujumbura après l'assassinat d'un proche du président Pierre Nkurunziza dimanche
Burundi: un barrage routier à Bujumbura après l'assassinat d'un proche du président Pierre Nkurunziza dimanche - © LANDRY NSHIMIYE - AFP

Pierre-Claver Mbonimpa, défenseur renommé des droits de l'Homme au Burundi, a été grièvement blessé par balles lundi soir à Bujumbura, ont annoncé des proches à l'AFP, au lendemain du meurtre du bras droit du président Pierre Nkurunziza.

"Il est très grièvement blessé, il est à l'hôpital", a déclaré à l'AFP, sans pouvoir donner d'autres détails, Balthazar Fengure, vice-président de l'Association pour la protection des droits humains et des personnes détenues (Aprodh), que préside M. Mbonimpa, opposant notoire au 3e mandat du président Pierre Nkurunziza. "On ne sait pas encore ce qu'il s'est passé, on attend des nouvelles de l'hôpital", a-t-il simplement ajouté.

Selon Innocent Muhozi, personnalité de la société civile burundaise, proche de M. Mbonimpa, qui dit avoir parlé à sa famille, "des hommes à moto lui ont tiré dessus alors qu'il rentrait chez lui".

La détermination sans faille de M. Nkurunziza à conquérir un 3e mandat -obtenu le 21 juillet lors d'une présidentielle controversée- a plongé son pays dans une grave crise politique, émaillée de violences ayant fait plus de 80 morts depuis la mi-avril.

Pierre-Claver Mbonimpa, âgé d'une soixantaine d'années, plusieurs fois emprisonné au Burundi, avait appelé publiquement à manifester contre le 3e mandat de M. Nkurunziza, malgré l'interdiction du gouvernement, ce qui lui avait valu d'être arrêté le 27 avril et de passer 30 heures aux mains du Service national du Renseignement (SNR), avant d'être libéré sans être inculpé.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK