Burundi: un manifestant tué par la police en province

Environ 200 manifestants ont marché et érigé des barricades dans la ville de Matana, à 70 km au sud-est de Bujumbura, dans la province de Bururi, a indiqué cette source sous couvert d'anonymat.

La police est intervenue et a tiré, trois manifestants ont été blessés. L'un d'eux est mort peu après, en raison de coups reçus à la tête. Un deuxième blessé a été touché par balle dans le dos, sous l'omoplate, et un troisième souffrait d'une commotion cérébrale suite à des coups à la tête. Plusieurs personnes ont également été arrêtées par la police, selon la même source.

Le Burundi connaît depuis un mois un vaste mouvement de contestation populaire contre le président Nkurunziza, au pouvoir depuis 2005 et candidat à un troisième mandat à la présidentielle du 26 juin.

Les manifestations sont quasi quotidiennes, émaillées de violents heurts avec la police, avec près d'une trentaine de morts en un mois. Elles se concentrent pour l'essentiel en zone urbaine, dans la capitale Bujumbura. Selon le président Nkurunziza, elles ne concernent que "quatre quartiers" de la capitale, alors que "la paix et la sécurité règnent sur 99,9% du territoire".

Quelques manifestations ont été signalées ces dernières semaines en province, notamment à Bururi, mais de moindre ampleur et plus sporadiques qu'à Bujumbura. Lundi, un protestataire a été tué par balle à Mugamba, dans cette province de Bururi. Début mai, un manifestant avait été tuée à Gisozi, dans la même province.

Pour le moment, c'est plutôt l'attentisme qui primait dans les zones rurales, où le parti présidentiel conserve traditionnellement une forte assise populaire. En l'absence de tout média indépendant, peu d'informations circulent néanmoins sur la situation dans les campagnes.

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles demande le respect des accords d'Arusha

Le Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles a approuvé mercredi une proposition de résolution appelant à l'organisation d'élections "libres, inclusives et transparentes" au Burundi dans le "strict respect de l'accord d'Arusha".

La résolution, qui appelle le président Pierre Nkurunziza à ne pas briguer de 3e mandat, a été approuvée par tous les députés, à l'exception des deux élus PTB qui se sont abstenus. Dans ce texte, le Parlement exprime son soutien aux "droits de l'homme, du pluralisme des médias et de la liberté d'expression".

Il demande à cet effet la fin de "toute violence" à l'égard de la population, des représentants des médias indépendants et de la société civile burundaise.

Vu la situation actuelle au Burundi, le Parlement appelle au report des élections pour lesquelles les députés demandent d'ailleurs la mise sur pied d'une mission d'observation.

Ceux-ci plaident enfin pour que l'Organisation internationale de la francophonie (OIF) joue un rôle de médiation auprès des autorités burundaises.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK