Burundi: tirs soutenus dans la nuit à Bujumbura, les manifestations reprennent

Un manifestant hostile à un 3e mandat de Pierre Nkurunziza lance une pierre en direction de membres de l'aile pour la jeunesse du parti au pouvoir, dans une banlieue de Bujumbura, le 25 mai 2015
Un manifestant hostile à un 3e mandat de Pierre Nkurunziza lance une pierre en direction de membres de l'aile pour la jeunesse du parti au pouvoir, dans une banlieue de Bujumbura, le 25 mai 2015 - © CARL DE SOUZA

Les manifestations hostiles au président Pierre Nkurunziza ont repris vendredi matin à Bujumbura, toujours sous les tirs de la police et après une nuit ponctuée de nombreuses rafales d'armes automatiques, a constaté l'AFP.

Des tirs nourris d'armes automatiques ont été signalés jusque tard dans la soirée dans plusieurs quartiers de la capitale, habituels hauts lieux de la contestation populaire contre la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat à la présidentielle du 26 juin, a-t-on constaté.

A Musaga, Cibitoke, Bwiza, la police a tenté de disperser les manifestants qui voulaient préparer leurs rassemblements dès la veille, selon des habitants. Un véhicule privé a été incendié pendant la nuit à Bwiza.

Vendredi matin, la police était de nouveau déployée en force dans ces quartiers. A Cibitoke, les policiers ratissaient les ruelles. A chaque carrefour, les policiers ouvrent le feu dès qu'ils aperçoivent un manifestant au loin, tirant en l'air mais parfois aussi dans leur direction. Des militaires participent aux opérations et font également des tirs de sommation.

Des policiers sont par ailleurs intervenus en nombre et sans ménagement à Nyakabiga pour disperser environ 200 jeunes regroupés sur l'avenue principale, faisant là aussi de nombreux tirs de sommation, a-t-on constaté.

A Musaga, des protestataires essayaient de se rassembler dans les ruelles du quartier, alors que les policiers occupaient l'avenue principale et faisaient feu en leur direction pour les effrayer.

Aucun bilan de ces dernières violences n'était disponible vendredi à la mi-journée.

Plus d'une trentaine de personnes ont été tuées en un mois de contestation populaire. Les manifestations dans les rues de Bujumbura sont émaillées de nombreux affrontements avec la police, qui depuis plus d'une semaine fait un large usage de ses armes. Jusqu'ici concentrées dans la capitale, des rassemblements ont également été signalées en province, avec là aussi une sévère répression policière.

Des élections législatives et communales, déjà repoussées de dix jours sous la pression de la communauté internationale, sont prévues le 5 juin, suivies du scrutin présidentiel le 26 juin, puis des sénatoriales le 17 juillet.

L'Eglise catholique a annoncé son retrait du processus électoral et l'UE a suspendu sa mission d'observation, jugeant que les conditions actuelles "ne permettent pas la tenue d’élections crédibles", alors que le pays connait une "atmosphère de peur et d’intimidation généralisée", "exacerbée par des conditions de sécurité extrêmement volatiles".

Les chefs d'Etat des pays d'Afrique de l'est doivent se retrouver dimanche à Dar es Salam pour tenter de trouver une issue à la crise. Une première rencontre le 13 mai, déjà à Dar es Salaam, avait été bouleversée par une tentative de coup d'Etat contre le président Nkurunziza, présent au sommet. Son retour au Burundi avait permis de faire échouer le putsch, mais pas d'étouffer la fronde dans les rues.

On ignore pour le moment s'il se rendra à Dar es Salam ou qui précisément y représentera le Burundi.

AFP

Et aussi

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK