Burundi : le parti au pouvoir tient son candidat pour la présidentielle

Il s'appelle Evariste Ndayishimiye, est âgé de 52 ans et il coche toutes cases pour représenter le CNDD-FDD (parti au pouvoir) lors de l'élection présidentielle prévue le 20 mai prochain. Si l'actuel secrétaire général du parti a été officiellement choisi ce dimanche 26 janvier lors d'un congrès extraordinaire, c'est notamment parce qu'il est un fidèle de Pierre Nkurunziza, le président sortant. 

Surnommé "Neva", le désormais candidat officiel est issu de la branche armée du CNDD-FDD. Alors qu'il suivait des études en droit à l'université du Burundi, la guerre civile éclate. En 1995, il échappe à un massacre d'étudiants hutus et rejoint le maquis. 

Avec l'arrivée au pouvoir de la rébellion hutu en 2005, Evariste Ndayishimiye va occuper tour à tour les postes de ministre de l’Intérieur et de la Sécurité publique, de chef de cabinet militaire et civil à la présidence de la république puis plus récemment de patron du parti au pouvoir.

La nomination d'Evariste Ndayishimiye a été célébrée par les partisans du CNDD-FDD dans les rues de Bujumbura:

Evariste Ndayishimiye est par ailleurs un fervent catholique (alors que Pierre Nkurunziza est d'obédience évangéliste, pasteur et mène des prières et croisades religieuses). Caractère qu'il a souligné en acceptant sa nomination et en remerciant Pierre Nkurunziza:  "Excellence, à part le fait d’être notre guide permanent, vous êtes notre Moïse. Avec votre soutien, je suis prêt à affronter tous les combats"

Quel avenir pour Pierre Nkurunziza ?

Le président sortant respecte ici sa promesse de ne pas se représenter lors du scrutin présidentiel de 2020. Il y a cinq ans, sa candidature à un troisième mandat avait en effet suscité une fronde au sein de son parti, provoqué des manifestations dans les rues de Bujumbura et engendré une répression importante. Les violences électorales ont fait 1200 morts et déplacé plus de 400.000 personnes entre avril 2015 et mai 2017, selon les estimations de la Cour pénale internationale

Pour autant, "Pita" ne s'éloigne pas définitivement du pouvoir. Il reste à la tête de l'importantissime "conseil des sages" du CNDD-FDD, sorte de conseil central qui donne les injonctions à suivre. Par ailleurs, les spéculations vont bon train concernant un futur poste au sein de l'exécutif (tentera-t-il de devenir Premier ministre? Occupera-t-il la tête d'un conseil stratégique chapeautant la Sécurité et le Renseignement?) voire même au sommet d'une monarchie restaurée!   

 

2 images
Pierre Nkurunziza lors du congrès extraordinaire qui a nominé Evariste Ndayishimiye comme candidat du parti au pouvoir © STRINGER - AFP

Vers un apaisement ?

Evariste Ndayishimiye a la réputation d'être un homme discret, honnête, et dont les mains seraient restées propres malgré les différents scandales de corruption qui ont émaillé la présidence Nkurunziza et éclaboussé plusieurs personnalités de son parti. De quoi réinstaurer la confiance entre le Burundi et ses partenaires ?

En arrivant à la tête du CNDD-FDD, le désormais candidat avait expliqué: "Nous allons faire un travail qui va ramener la confiance des partenaires. En nous voyant sur le terrain, travaillant, parlant le même sur le développement du pays, ils vont se tourner vers nous et nous appuyer pour aller de l'avant". Prémonitoire ? 

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK