Burundi: la Belgique arrêtera son aide directe en cas de 3e mandat de Nkurunziza

"Les choix dans les semaines à venir pourraient avoir une influence drastique sur la coopération", a déclaré Alexander De Croo à l'issue du conseil des ministres. "Un troisième mandat entacherait au plus haut niveau la légitimité de l'exécutif burundais", a-t-il précisé dans un communiqué. La Belgique ne serait pas en mesure d'organiser la Commission mixte avec le Burundi et de conclure un programme de coopération bilatéral classique.

La Coopération belge entend toutefois rester solidaire avec la population burundaise. Les autorités belges pourraient dès lors choisir d'autres formes de coopération. Tant Alexander De Croo que le premier ministre Charles Michel sont restés vagues sur les autres partenaires qui seraient privilégiés.

Il pourrait s'agir d'une coopération via des organisations internationales. "On travaillera davantage sur les droits de l'homme avec la société civile", a ajouté le premier ministre. La Belgique est le premier bailleur bilatéral du Burundi et le troisième au total, derrière la Banque mondiale et l'Union européenne. Les dépenses belges d'aide publique au développement à ce pays se sont élevées à 47,4 millions d'euros en 2013, dont 34,4 millions affectés à la coopération gouvernementale.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK