Burkina Faso: le camp Compaoré dominant à l'issue des législatives

La Commission électorale nationale indépendante (Céni) a finalement annoncé vendredi dans la soirée les résultats dans la province du Kadiogo, celle de la capitale Ouagadougou, qu'elle n'avait pu donner jeudi avec ceux des autres provinces.

Le Congrès pour la démocratie et le progrès (CDP), le parti présidentiel, y obtient quatre sièges sur neuf à pourvoir, et l'UPC de Zéphirin Diabré deux, selon les résultats provisoires annoncés par la Céni. Au niveau national, le CDP totalise 70 sièges (contre 73 auparavant), sur les 127 sièges à pourvoir (contre 111 dans l'Assemblée précédente).

Avec ses quatre alliés, le camp présidentiel est fort de 97 députés (contre 99). Il demeure donc en position très dominante, malgré un certain effritement. Créée il y a à peine deux ans, l'UPC s'impose comme première force d'opposition avec 19 sièges. Au total, l'opposition obtient 30 députés. L'UPC a dénoncé des "fraudes et irrégularités massives" lors du vote dans le Kadiogo.

Des élections à double valeur de test

Il s'agissait d'abord du dernier grand rendez-vous électoral avant 2015, terme normal du dernier mandat de Blaise Compaoré, au pouvoir depuis le putsch de 1987, dont la succession hante le débat politique. C'étaient aussi les premiers scrutins depuis les mutineries du premier semestre 2011 qui ont failli emporter le régime. Les législatives ont connu un taux de participation historiquement élevé, à 75,96%.

Belga

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK