Budget européen: "Le temps nous est compté" avertit Ursula von der Leyen

Ursula von der Leyen presse les États-membre de l'UE de trouver un accord sur le budget.
Ursula von der Leyen presse les États-membre de l'UE de trouver un accord sur le budget. - © FREDERICK FLORIN - AFP

La présidente de la Commission européenne a pressé mercredi, avec le soutien du Parlement européen, les États membres (Conseil) à dégager enfin leur position de négociation sur la programmation budgétaire de l’UE pour les années 2021-2027.

"Le temps nous est compté ! Sans budget cohérent, nous ne serons pas en mesure de réaliser les nouvelles priorités. Après près de deux ans de négociations, il est grand temps de trouver un terrain d’entente", a affirmé l’Allemande lors d’un débat à Strasbourg.

Le Conseil est la dernière des trois grandes institutions de l’UE à être toujours dépourvue d’une position de négociation sur le "cadre financier pluriannuel" (CFP), alors que la Commission et le Parlement sont prêts depuis 2018 pour l’indispensable trilogue.

Pour tenter d’aboutir, le président du Conseil, Charles Michel, a convoqué un sommet extraordinaire le 20 février prochain. Il mène des pourparlers intenses avec les dirigeants de l’UE et devrait avancer une proposition de compromis dans les jours qui viennent.

Je n’accepterai aucun résultat qui ne garantisse pas qu’au moins 25% du budget aille à la lutte contre le changement climatique

Alors que les pays les plus réticents à délier davantage les cordons de la bourse pour le projet européen (Pays-Bas, Suède, Danemark, Autriche et dans une moindre mesure l’Allemagne) veulent limiter les dépenses à 1% du revenu national brut (RNB) du bloc à 27, la Commission a proposé 1,11% et le Parlement 1,3%. Une différence de taille sur un budget d’un bon millier de milliards d’euros, alors que le Brexit génère une perte de contribution de plus de 60 milliards d’euros.

Dans les couloirs du Parlement, des observateurs s’attendent donc à ce que la proposition de compromis que formulera M. Michel s’établisse entre le 1,11% de la Commission et le 1,07% avancé en décembre par la présidence finlandaise du Conseil de l’UE.

"Je n’accepterai aucun résultat qui ne garantisse pas qu’au moins 25% du budget aille à la lutte contre le changement climatique", a répété Mme Von der Leyen, alors que l’UE s’est accordée sur l’objectif de neutralité climatique pour 2050.

La cheffe de l’exécutif européen dit comprendre la volonté des États membres de préserver leurs fonds de cohésion et la PAC, mais elle demande un même engagement pour les nouvelles priorités que sont Erasmus +, la politique migratoire, la défense ou la transition numérique.

La plupart des groupes politiques l’ont soutenue dans sa demande d’allouer de nouvelles ressources propres au budget de l’UE. Ils ont par ailleurs déploré l’absence de M. Michel au débat parlementaire, bien que ce dernier ait rencontré vendredi encore les négociateurs du Parlement. Il doit s’entretenir ce mercredi avec la chancelière allemande Angela Merkel, le président français Emmanuel Macron, le président chypriote Nicos Anastasiades, le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel et le Premier ministre irlandais Leo Varadkar.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK