Bruxelles: manifestation de soutien à Amaya Coppens, emprisonnée au Nicaragua

Bruxelles: manifestation de soutien à Amaya Coppens, emprisonnée au Nicaragua
5 images
Bruxelles: manifestation de soutien à Amaya Coppens, emprisonnée au Nicaragua - © RTBF/W. Fayoumi

Une centaine de manifestants se sont réunis lundi en fin d'après-midi devant l'ambassade du Nicaragua à Uccle. Ils réclament la libération de l'étudiante belgo-nicaraguayenne arrêtée le 10 septembre au Nicaragua pour avoir, selon les autorités, commis des "actes terroristes". Amaya Coppens, 23 ans, est accusée d'avoir été parmi les meneurs qui ont érigé des barricades et d'avoir incendié un bâtiment de l'université lors de manifestations contre le gouvernement dans la ville de Leon (ouest), où elle est étudiante en 5e année de médecine. Une pétition demandant sa libération et signée par plus de 20.000 personnes a été remise à l'ambassade.
 

Vendredi dernier, le ministre belge des Affaires étrangères Didier Reynders a affirmé qu'il espérait une libération rapide d'Amaya Coppens. "Nous avons un contact consulaire", a expliqué Dider Reynders, qui s'est entretenu avec le ministre nicaraguayen chargé des politiques nationales, Paul Oquist, en marge de l'Assemblée générale des Nations-Unies à New York fin septembre. "Il y eu déjà deux visites de notre consul en prison. On va continuer cela et j'espère qu'on ira vers une libération le plus tôt possible", a-t-il ajouté, en marge d'une réunion de ministres de l'UE à Innsbruck.

La jeune femme, arrêtée à son domicile de Leon le 10 septembre, a été présentée par la police à la presse avec cinq autres jeunes également interpellés pour leur participation aux manifestations antigouvernementales.

Amaya Coppens  a d'abord été détenue à " El Chipote ", prison réputée pour être un centre de torture, avant d'être transférée à la prison pour femmes " La Esperanza ". Elle n'a pas subi de mauvais traitements, a pu apprendre sa famille, grâce à la campagne médiatique déclenchée en Belgique, précise le frère d'Amaya. Le 10 octobre, la jeune fille doit comparaître pour une première audience.

 Amaya Coppens, née de mère nicaraguayenne et de père belge, élevée au Nicaragua, est une dirigeante du Mouvement étudiant du 19-Avril, formé lors des manifestations contre le gouvernement de Daniel Ortega.

La crise politique a commencé le 18 avril par des manifestations contre un projet de réforme de la sécurité sociale, aujourd'hui abandonné. Lors de celles qui ont suivi, réprimées dans le sang avec plus de 320 morts et 2.000 blessés, les manifestants ont demandé le départ du président.

50 manifestants en soutien à Amaya, emprisonnée au Nicaragua (15/09/2018)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK