Brexit: Union européenne et Royaume-Uni sont dans une "course contre la montre"

À 100 jours des élections européennes, le Royaume-Uni et l’Europe sont toujours dans le brouillard total. Dans ce contexte, la compagnie aérienne britannique régionale Flybmi, en liquidation judiciaire depuis samedi, a arrêté tous ses vols ce dimanche. « Les incertitudes créées par le processus du Brexit ont eu une incidence importante sur les échanges commerciaux actuels et les perspectives d’avenir, ce qui nous a empêchés de garantir des contrats de vols précieux en Europe et a généré un manque de confiance en la capacité de bmi de continuer à voler entre des destinations européennes , précise un communiqué.

Flybmi serait-elle première victime du Brexit ? « Probablement », répond Marianne Dony, professeure de droit de l’Union européenne et spécialiste en droit économique à l’ULB. « Sans accord sur le Brexit, sans période transitoire, toutes les compagnies aériennes britanniques vont vraisemblablement conserver le droit de faire des vols directs entre le Royaume-Uni et l’Europe, mais perdront par contre tout droit de faire des liaisons intérieures sur le continent européen. Or, c’était une grande partie de l’activité de Flybmi. »

Les citoyens sont les premières victimes

Et parmi les prochains sur la liste, Marianne Dony met en garde les citoyens européens et britanniques. « Certes, on va leur garantir les mêmes droits dans l’immédiat, mais ça ne sera pas du tout bétonné dans un accord et chacun pourra faire marche arrière. Et dès qu’une des deux parties le fera, l’autre aussi par ricochet. Les citoyens de part et d’autre sont donc pour moi les premières victimes potentielles d’un retrait sans accord », s’inquiète-t-elle.

Course contre la montre

À l’en croire, nous nous dirigerions pourtant vers une telle situation. « Si les solutions imaginatives que les Britanniques proposent depuis deux ans n’ont pas été trouvées, je ne vois pas comment on pourrait débloquer en quelques jours ou en quelques semaines ce qui n’a pas pu être débloqué en deux ans. » Avec 40 jours restants au décompte, l’étau se resserre inévitablement autour des négociations. Marianne Dony parle de véritable « course contre la montre ».

 

Suivez toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne.

Dans le cas où les parlements Européen et Britannique parviennent à se mettre d’accord sur un éventuel report du Brexit, il serait tout de même impossible de dépasser le 1er juillet, date à laquelle le nouveau Parlement européen prend ses fonctions. « Si le Royaume-Uni est toujours dans l’Union européenne, il devra avoir des députés, comme tous les autres États membres, au Parlement européen », explique la juriste. Un accord sur le Brexit semble donc toujours plus incertain à mesure que le temps passe.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK