Brexit:"Un deuxième référendum serait politiquement impossible"

Dans un an:
Dans un an: - © DANIEL LEAL-OLIVAS - AFP

Dans un an, le Royaume-Uni sort de l'Union européenne. Alexander Mattelaer, directeur des affaires européennes à l'Institut d'Egmont, est l'invité de La Semaine de l'Europe. Il revient, au micro d'Olivier Hanrion et Sandro Calderon, sur les négociations entre Européens et Britanniques en vue du Brexit. 

Phase de transition 

Les Britanniques garderont encore un pied dans l'Union pendant une vingtaine de mois après leur sortie. C'est une demande de  la première ministre, Theresa May. L'objectif est d'éviter que les entreprises et les citoyens ne fassent un grand saut dans le vide dès le 30 mars 2019. Il n'y aura plus ni de députés, ni de commissaires européens britanniques, mais le pays restera soumis aux règles européennes et devra mettre en place les nouveaux règlements ou nouvelles directives qui entreront en vigueur pendant cette période. 

Des conditions difficiles à avaler pour un pays qui veut quitter l'Union européenne pour retrouver sa souveraineté. Mais, pour Alexander Mattelaer, les Britanniques n'ont pas le choix: "Ils se rendent compte qu'il y a pas vraiment d'alternative. La seule alternative, c'est de prolonger l'article 50. Et, je crois qu'il est important, d'un point de vue politique, pour le gouvernement de Theresa May d'avancer, de pouvoir dire à la population britannique: 'vous avez voté pour le Brexit. C'est maintenant devenu une réalité.'"

Un deuxième référendum ? 

Ces dernières semaines, des voix se sont élevées notamment du côté de Westminster, le parlement britannique, pour réclamer la tenue d'un deuxième référendum. Selon Alexander Mattelaer, ce scénario est trop risqué: "Le référendum en 2016 a divisé la société britannique. Les référendum n’ont pas toujours une bonne réputation pour résoudre les problèmes."

Découvrez l’intégralité de l’interview de Alexander Mattelaer sur RTBF Auvio ou directement ci-dessous.

Toute l'actualité européenne avec Euranet Plus, le premier réseau d'information européenne. 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK