Brexit: Theresa May promet d'être "plus à l'écoute" des parlementaires

Theresa May lors de sa déclaration de lundi au Parlement
Theresa May lors de sa déclaration de lundi au Parlement - © HO - AFP

Après son échec cuisant lors du vote autour de sa proposition de Brexit mardi dernier, Theresa May présentait aujourd'hui son plan B pour tenter d'éviter un 'no deal'. Dans son discours devant les parlementaires, la Première ministre britannique a promis d'être "plus à l'écoute" du Parlement lorsqu'il s'agira de négocier les futures relations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne et de lever les inquiétudes des élus sur l'accord de retrait qu'elle a négocié avec l'UE. Theresa May a fait l'une ou l'autre proposition, mais dans l'ensemble c'est un accord assez neutre qu'elle a déposé sur la table du Parlement.

A lire aussi ►►► Brexit: quel Plan B Theresa May peut-elle présenter ce lundi?

Pas de retour sur les accords du Vendredi saint en Irlande

La défaite était éclatante la semaine dernière, avec 432 voix contre 202, la proposition de deal de Theresa May avait été nettement rejetée par les députés. Elle avait donc 3 jours ouvrables pour élaborer un plan B qui puisse poser les bases d'un nouvel accord alternatif. Ces derniers jours, elle a consulté tous les partis de "façon constructive". Seul le parti travailliste de Jeremy Corbyn, principal parti d'opposition, avait refusé de participer à ce débat. Un refus qu'elle a regretté lors de ce discours devant les parlementaires. 

Dans son discours devant la chambre des Communes, Theresa May s'est principalement engagée sur trois points: se montrer plus souple avec les parlementaires, garantir le droit des travailleurs (une demande du parti travailliste) et apaiser les tensions au sujet de la frontière irlandaise entre la République d'Irlande et la province britannique d'Irlande du Nord. Sur ce dernier point, Theresa May insiste: elle ne reviendra pas sur les accords du Vendredi saint qui garantissent la paix dans cette région. Mais elle dit vouloir consulter le Parlement à ce sujet. Et pourtant, la tension est palpable sur l'île voisine avec une attaque à la voiture piégée ce weekend

A lire aussi ►►► Une bombe à Derry-Londonderry: le Brexit fait tanguer la paix 

Abandon du droit de résidence de 65 livres pour les européens

Sur les travailleurs, la Première ministre a proposé de supprimer le droit de 65 livres qu'auraient à payer les résidents européens pour continuer à vivre en Grande-Bretagne après le Brexit, une annonce saluée par le parti de Jeremy Corbyn, tout comme la position claire de la dirigeante sur la question irlandaise. 

Pour le reste, Theresa May a écarté l'hypothèse du "remain", c'est à dire un renoncement pure et simple au Brexit via un nouveau référendum. La Première ministre pense que des progrès sont encore possibles, même si la confiance est clairement rompue depuis le vote de la semaine dernière. 

"De la sorte, nous honorerons le mandat du peuple britannique et quitterons l'Union européenne d'une manière qui profitera à chaque partie du Royaume-Uni et à chaque citoyen de notre pays" a déclaré Theresa May devant les membres du parlement. 

Un Plan B finalement assez neutre et qui devrait être modifié par les parlementaires qui déposeront des amendements au texte dans les jours qui viennent.

 

Theresa May reçoit les ministres briatnniques au 10, Downing street, ce 22 janvier

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK