Brexit: Theresa May demande une "deuxième chance" pour son accord

La Première ministre britannique Theresa May a demandé lundi une deuxième chance pour l'accord de sortie de la Grande-Bretagne qu'elle a négocié avec l'Union européenne.

Le Première ministre se demande ce que les livres d'histoire diront si les parlementaires votent mardi contre son plan Brexit : "Avec juste 74 jours avant la sortie du 29 mars, les conséquences d'un vote contre cet accord demain deviennent de plus en plus claires. Sans accord, pas de période de transition, pas de partenariat garanti, plus de garantie pour les ressortissants britanniques à l'étranger et aucune certitude pour l'économie et les travailleurs comme ceux que j'ai rencontré à Stoke ce matin. Nous assisterons à des changements en Irlande du Nord qui mettront en péril l'avenir de l'union de notre pays".

Theresa May demande donc une deuxième chance pour son accord qui n'est "pas parfait, qui est un compromis".

Theresa May estime que la date du Brexit ne devrait pas être "reportée"

Theresa May juge aussi que la date du Brexit, prévu le 29 mars, ne devrait pas être reportée, sans toutefois l'exclure complètement, devant les députés britanniques qui doivent voter sur l'accord de divorce avec l'Union européenne mardi.

"Je ne crois pas que la date du 29 mars doit être retardée", a dit Theresa May. "Cela reste l'engagement de mon gouvernement de quitter l'Union européenne le 29 mars", mais "certains ont l'intention de trouver un moyen de l'empêcher", a-t-elle ajouté.

La Première ministre ajoute aussi que le backstop, le filet de sécurité pour éviter le retour - sensible - d'une vraie frontière entre les deux Irlande ne doit être envisagé qu'en tour dernier recours.

L'opposition travailliste pense à de nouvelles élections

Pour l'opposition, rien n'a changé. Le leader travailliste Jeremy Corbyn estime que "les parlementaires ne seront pas dupes de ce qui a été produit aujourd'hui" et qu'il est "clair que nous votons sur le même accord que celui sur lequel nous aurions dû voter en décembre". 

Jeremy Corbyn juge que le Premier ministre "fait face à une défaite humiliante et blâme tout le monde sauf elle-même". Il ajoute que si l'accord de Theresa May est rejeté mardi, "le gouvernement et le Premier ministre seront blâmés".

Un accord avec une nouvelle union douanière complète, une relation forte sur le marché unique et une garantie de rester au même niveau que les normes de l'UE est un accord qui pourrait être adopté par cette assemblée, a déclaré Jeremy Corbyn.

"Ce gouvernement est en désarroi: si l'accord est rejeté demain, il est temps d'organiser des élections générales et un nouveau gouvernement", a-t-il conclu.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK