Brexit : pour éviter un no-deal, il faut un "changement d'approche fondamental" de l'UE, estime Johnson

Brexit : pour éviter un no-deal, il faut un "changement d’approche fondamental" de l’UE, estime Johnson
Brexit : pour éviter un no-deal, il faut un "changement d’approche fondamental" de l’UE, estime Johnson - © TOLGA AKMEN - AFP

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a affirmé vendredi, dans une déclaration télévisée, que seul un changement d’approche fondamental de l’UE pouvait éviter une absence d’accord commercial en fin d’année, à laquelle le Royaume-Uni devait se préparer à la suite du Brexit.

Il répondait ainsi aux dirigeants des Vingt-sept réunis à Bruxelles, qui lui avaient réclamé jeudi de "poser les gestes nécessaires" pour rendre un accord possible.

Dans une rapide réaction sur Twitter, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a assuré que l’UE continuait d’œuvrer à un accord, "mais pas à n’importe quel prix". "Comme prévu, notre équipe de négociation se rendra à Londres la semaine prochaine pour intensifier les négociations", a-t-elle ajouté.


►►► À lire aussi : Brexit : vers la poursuite des négociations entre le Royaume-Uni et l’UE ?


Dans sa déclaration, Boris Johnson considère qu’il ressort clairement du sommet européen qu'"ils ne veulent pas offrir au Royaume-Uni le même accord que (celui entre l’UE et) le Canada, à moins d’un changement d’approche fondamental".

"Bien sûr dans ce cas nous serons toujours d’accord d’écouter, mais ce n’était pas particulièrement encourageant à la suite du sommet", a-t-il ajouté en réponse à des questions de journalistes.

"J’en conclus que nous devrions nous préparer pour le 1er janvier prochain", date de la fin de l’actuelle période de transition pendant laquelle le Royaume-Uni reste dans le marché intérieur et l’union douanière, "avec des arrangements qui ressemblent plus à ceux avec l’Australie", ajoute-t-il, en référence aux règles minimales de l’Organisation mondiale du Commerce (OMC).


►►► À lire aussi : Accord post-Brexit : Boris Johnson se décidera après le sommet européen


Les négociations entre l’UE et Londres butent sur la question de la pêche, le "level playing field" – soit les conditions d’une concurrence équitable entre entreprises des deux côtés de la Manche – et les questions de gouvernance, dans l’éventualité de litiges sur la mise en œuvre des accords.

Le respect de l’accord de retrait, mis en cause par un projet de loi britannique sur les mécanismes douaniers avec l’Irlande du Nord, fait en outre l’objet d’une procédure d’infraction de l’UE visant Londres.

Archives JT du 07/09/2020 - Brexit : quel est le calendrier et quels sont les dossiers qui coincent ?

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK