Brexit? Les eurosceptiques pas convaincus par les propositions de Tusk

Brexit? Les eurosceptiques pas convaincus par les propositions de Tusk
Brexit? Les eurosceptiques pas convaincus par les propositions de Tusk - © Tous droits réservés

Les propositions attendues de l'Union européenne pour faire en sorte que le Royaume-Uni reste en son sein suscitaient mardi les critiques des eurosceptiques britanniques, à l'instar du maire de Londres Boris Johnson qui a appelé à faire "bien davantage".

Le président du Conseil européen Donald Tusk devait dévoiler à la mi-journée à Bruxelles ces propositions visant à répondre aux demandes de réformes du Premier ministre britannique David Cameron, qui a promis qu'il ferait campagne contre un "Brexit", une sortie de son pays de l'UE, s'il obtenait gain de cause.

Selon une source proche de l'exécutif britannique, ces propositions comprennent un "système de carton rouge" permettant aux parlements nationaux de bloquer les lois décidées par Bruxelles. Figurerait également un "frein d'urgence" pour stopper l'immigration.

Mais pour Nigel Farage, leader du parti anti-immigration Ukip, "l'idée selon laquelle un carton rouge serait une victoire (dans les négociations) est franchement ridicule. (...) En fait, ce que nous avons ici, c'est quasiment la même chose que la situation actuelle avec le Conseil de l'Union européenne où une majorité peut bloquer une nouvelle loi", a-t-il dit dans un communiqué.

"Faire bien davantage"

Interrogé à ce sujet sur la radio LBC, le conservateur Boris Johnson a exprimé de son côté ses "doutes". Cameron "a fait un très bon travail pour renégocier à grande vitesse un ensemble de mesures très complexes, a-t-il dit. Mais je crois qu'il faut faire bien davantage".

"J'espérais voir quelque chose de plus centré sur ce dont a besoin le Royaume-Uni, a pour sa part déclaré Anne-Marie Trevelyan, députée conservatrice, sur la BBC. Nous ne voyons rien qui nous permette de prendre le contrôle de notre pays. C'est pourquoi je pense que je finirai par voter pour la sortie (de l'UE)", a-t-elle dit.

Londres espère qu'un accord final sur un projet de réforme pourra être obtenu lors d'un sommet à Bruxelles qui se tiendra les 18 et 19 février, ce qui permettrait d'organiser le référendum britannique sur le maintien ou non du pays dans l'UE dès le mois de juin.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK