Brexit: les 27 cherchent à clarifier le "backstop" pour aider Theresa May

Brexit: les 27 cherchent à clarifier le "backstop" pour aider Theresa May
Brexit: les 27 cherchent à clarifier le "backstop" pour aider Theresa May - © LUDOVIC MARIN - AFP

Les Vingt-sept ont adopté jeudi à Bruxelles des conclusions sur le Brexit visant à rassurer les parlementaires britanniques à propos du filet de sécurité ("backstop") prévu sur la frontière irlandaise, cherchant ainsi à aider la Première ministre britannique Theresa May, mais sans lui faire de concession d'envergure.

Ce backstop est une garantie qui serait mise en œuvre en dernier recours pour éviter le retour d'une frontière physique entre l'Irlande du Nord et l'Irlande, en cas d'échec des négociations sur la relation commerciale future entre l'UE et le Royaume-Uni, qui devront aboutir avant le 31 décembre 2020.

S'il devait être activé, il aura pour effet de maintenir le Royaume-Uni dans un espace douanier unique avec l'UE, sans date précise de sortie, ce qui inquiète nombre de partisans britanniques du Brexit.

Un backstop temporaire

Pour aider Mme May à les convaincre de soutenir l'accord de retrait négocié, les Vingt-sept ont répété jeudi que le backstop ne s'appliquerait que de manière temporaire s'il devait être enclenché. Mais ils ont bien veillé à ne pas fixer de date d'expiration précise.

Si le backstop devait être exécuté, ont-ils dit, il s'appliquerait jusqu'à son remplacement par un accord ultérieur prévoyant d'éviter une frontière dure. Dans ce cas, l'Union ferait de son mieux pour négocier et conclure rapidement cet accord de remplacement, afin que le backstop "ne reste en place que tant que nécessaire".

De son côté, Mme May a assuré aux 27 que l'accord du Brexit pourrait être voté par son parlement si elle obtient des assurances que le Royaume-Uni ne sera pas arrimé indéfiniment au bloc européen. Elle leur a notamment suggéré qu'ils s'engagent à conclure l'accord commercial rapidement après la fin de la période de transition post-Brexit en décembre 2020.

Là aussi, les 27 se sont voulus rassurants: ils ont dit être prêts à se lancer immédiatement dans ces préparatifs après la signature de l'accord de retrait, afin de garantir que les négociations puissent commencer dès que possible après le Brexit, toujours programmé le 29 mars prochain.

Nos amis britanniques doivent nous dire ce qu'ils veulent

Mais ce sera tout pour l'instant: quelques extraits sensibles du projet de conclusions qui circulait mercredi ont été supprimés, comme celui envisageant la recherche de garanties supplémentaires pour Mme May. "Je ne m'attends pas à une percée dans l'immédiat", avait d'ailleurs reconnu cette dernière à son arrivée à Bruxelles.

"Nos amis britanniques doivent nous dire ce qu'ils veulent, au lieu de vouloir nous faire dire ce que nous voulons", a commenté le président de la Commission Jean-Claude Juncker, alors que le vote britannique sur l'accord de retrait a été repoussé par Mme May au mois de janvier, faute d'un soutien suffisant à la Chambre des Communes.

Dans cette institution, "le débat est quelques fois nébuleux, imprécis, je voudrais des clarifications affirmées", a ajouté M. Juncker. "Il y a à Westminster une dispersion d'opinions assez impressionnante. Mais il n'est pas convenable de penser que ce serait à l'UE de proposer les réponses, c'est plutôt au parlement britannique de dire ce qu'il veut exactement."

"Mme May a conduit un combat vertueux, courageux, les résultats ne sont pas là... Nous voulons qu'il n'y ait pas l'idée, au Royaume-Uni, qu'il y aurait la possibilité d'une renégociation légalement contraignante. On peut ajouter des éclaircissements, mais pas de renégociation", a-t-il confirmé.

La Commission publiera le 19 décembre prochain un document reprenant "toutes les informations utiles" pour la préparation d'un "no-deal", une sortie du Royaume-Uni de l'UE sans accord négocié. En confirmant de la sorte intensifier ses préparatifs pour ce scénario perdant-perdant, elle ajoute un peu de pression encore sur les épaules des députés britanniques.

Journal télévisé 13/12/2018

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK