Brexit: le ministre britannique des Finances défend une transition de trois ans

"Le processus devra être terminé au moment des prochaines élections législatives qui se tiendront en juin 2022", a ajouté M. Hammond.
2 images
"Le processus devra être terminé au moment des prochaines élections législatives qui se tiendront en juin 2022", a ajouté M. Hammond. - © HO - AFP

Le ministre britannique des Finances Philip Hammond a défendu vendredi sa vision d'une période de transition de trois ans entre la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne et la mise en place d'une nouvelle "relation de long terme".

Les Britanniques "ne souhaitent pas une rupture brutale du jour au lendemain. Il faut donc qu'il y ait une période pendant laquelle nous évoluerons progressivement de la situation actuelle à une nouvelle relation de long terme", a affirmé le ministre sur la radio BBC 4.

Le Timing: de 2019 à 2022

"Ce processus devra être terminé au moment des prochaines élections législatives (britanniques, ndlr) qui se tiendront en juin 2022. Cela représente donc une période maximale de trois ans" à partir de la concrétisation du Brexit, qui doit avoir lieu en mars 2019, a ajouté M. Hammond.

Au début de cette transition, les dispositions régissant les liens entre l'UE et le Royaume-Uni pourraient être "très similaires" à ce qu'elles sont actuellement. Elles devraient ensuite "progresser régulièrement" pour établir les normes de la relation future qui sera fondée sur "un nouveau traité".

Initialement, les biens pourront continuer à traverser la frontière entre l'UE et le Royaume-Uni "de manière comparable à ce qui se fait actuellement", espère le ministre. "Notre aspiration est de pouvoir continuer les échanges commerciaux".

Les Européens devront s'enregistrer auprès des autorités britanniques

Quant aux citoyens européens, ils "seront toujours autorisés" à se rendre outre-Manche mais devront "s'enregistrer auprès des autorités". "Ainsi nous saurons qui entre et qui quitte le territoire", a-t-il dit.

Les contrôles et d'éventuelles restrictions à l'immigration ne seront pas mises en place immédiatement après le Brexit, selon lui. "Ce n'est pas une question de choix politique mais une question matérielle, nous devons mettre en place de nombreuses infrastructures nouvelles", a-t-il prévenu.

Pas de traité avant mars 2019

La mise en place d'une telle période de transition n'a pas encore été débattue avec Bruxelles. Le ministre des Finances, qui défend une sortie en douceur de l'UE, estime qu'un traité ne pourra pas être conclu avant la date limite de mars 2019.

Les négociations du Brexit ont été entamées en juin sur trois questions clés: les droits futurs des citoyens européens installés au Royaume-Uni, le règlement financier du divorce, et la question de la frontière irlandaise.

Mais selon des sources diplomatiques européennes jeudi, elles pourraient bien prendre du retard faute de "clarté" du côté britannique, empêchant probablement le démarrage des discussions sur les futures relations commerciales prévu initialement en octobre.

Extrait d'une interview de Philip Hammond (anglais)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK