Brexit: l'accès britannique au marché européen de l'énergie est garanti aussi longtemps que celui des pêcheurs de l'UE aux eaux britanniques, sous-entend Barnier devant les élus belges

Brexit: l'accès britannique au marché européen de l'énergie est garanti aussi longtemps que celui des pêcheurs de l'UE aux eaux britanniques, sous-entend Barnier devant les élus belges
Brexit: l'accès britannique au marché européen de l'énergie est garanti aussi longtemps que celui des pêcheurs de l'UE aux eaux britanniques, sous-entend Barnier devant les élus belges - © FRANCOIS WALSCHAERTS - AFP

L'accès britannique au marché européen de l'énergie est garanti aussi longtemps que l'est celui des pêcheurs de l'UE aux eaux britanniques, a souligné  l'ex-négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, devant le comité d'avis de la Chambre en charge des questions européennes.

"J'ai été frappé, lors d'une visite à Zeebrugge, de l'importance du Brexit pour la Flandre, quand on m'a dit que les seuls échanges entre la Flandre et le Royaume-Uni représentaient de 30 à 35% du total des échanges entre la France et le Royaume-Uni", a témoigné le Français devant les élus belges.

La pêche, a-t-il rappelé, fut un des éléments les plus difficiles de la négociation "car nous étions demandeurs". Il existe toutefois dans les accords plusieurs mesures préventives pour dissuader les Britanniques de fermer une grande partie de leurs eaux, a-t-il expliqué. 

"Il y a dans l'accord global une disposition miroir - exactement la même que pour la pêche - dans le domaine de l'énergie: nous avons introduit une période de transition de cinq ans et demi d'accès stabilisé des Britanniques à notre marché électrique. Après, c'est tous les ans que nous discuterons avec eux de leur accès à notre marché électrique, comme ils discuteront de l'accès de nos pêcheurs à leurs eaux". 

Michel Barnier reste à la Commission européenne jusqu'à la ratification du traité post-Brexit par le Parlement européen.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK