Brésil, les partisans de la présidente Dilma Rousseff dans la rue

Après les opposants à Dilma Rousseff, ce sont les partisans de la présidente du Brésil qui ont manifesté hier dans 37 villes. Ils dénoncent une tentative de coup d’état contre la démocratie.

Dans une atmosphère de scandale

L'ancien Président brésilien, Fernando Collor de Mello, et l'actuel Président du Parlement, pourraient être inculpés. C'est en tout cas ce que réclame le Parquet brésilien. La Cour Suprême doit en décider. Ils sont en effet visés par le scandale Petrobras, scandale qui conduit, pour la première fois dans l'histoire récente du Brésil, à des demandes d'inculpation visant des élus.

Petrobras, c'est la toute puissante compagnie pétrolière brésilienne. Dix ans durant, jusqu'à l'année passée, des entreprises se seraient réparti les marchés de Petrobras en payant à tour de rôle des pots-de-vin à certains de ses directeurs. Une partie de ces commissions était reversée à des personnalités politiques, en majorité des parlementaires de la coalition de centre gauche au pouvoir.

Les Brésiliens derrière leur présidente

C’est un autre Brésil qui était jeudi dans la rue pour soutenir la Présidente Dilma Rousseff. Plus populaire, plus coloré aussi que le Brésil qui a manifesté dimanche pour demander sa destitution.

Cette fois, on soutient le Parti des Travailleurs pour une raison bien simple : c’est ce Parti qui a amélioré les conditions de vie des plus pauvres, comme l’explique Rogerio, un ouvrier venu avec son syndicat: "Nous, nous sommes pauvres, nous venons d’en bas. Et quand le pauvre améliore sa vie, le riche veut lui reprendre. Les seuls Présidents qui ont aidé les pauvres dans le pays ont été Lula et Dilma. Les deux ont été comme un père et une mère pour nous. Et maintenant l’ancien Président Fernando Henrique et le candidat Aécio veulent nous enlever le pouvoir, ça ne va pas passer, on est contre le coup d’Etat. Nous on a Dilma et Lula dans le cœur".

Le message envoyé depuis la rue était clair : ce qu’on considère comme un coup d’Etat ne passera pas facilement. Pour ses partisans, le Parti des Travailleurs représente avant tout une avancée sociale évidente qu’ils n’ont pas l’intention de perdre.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK