Brésil : des milliers d’indigènes mobilisés contre Jair Bolsonaro, accusé de menacer leurs terres ancestrales

Plus de 6000 indigènes du Brésil, coiffes à plumes et tenues traditionnelles, se sont retrouvés mardi en plein cœur de Brasilia pour protester contre la politique du président Jair Bolsonaro, qu’ils accusent de menacer leurs terres ancestrales.

Des indigènes avaient commencé à installer dès dimanche, à l’appel de la Coordination des peuples indigènes du Brésil (Apib), un campement de tentes de "Lutte pour la vie" où doivent se dérouler jusqu’à la fin de la semaine des "manifestations contre la politique anti-indigène" de Bolsonaro.

Les indigènes s’opposent à divers projets de loi qui, selon eux, menacent gravement leurs droits et leurs terres ancestrales, et particulièrement un jugement crucial de la Cour suprême.

Contre la "thèse temporelle"

Au cœur des inquiétudes, le Projet de loi 490 (PL-490), soutenu par le gouvernement du président d’extrême droite et ses alliés, qui doit aller devant le Congrès.

La question la plus polémique en est la "thèse temporelle" qui ne reconnaît comme ancestrales que les terres qui étaient occupées par les indigènes quand a été promulguée la Constitution, en 1988.

Or de nombreuses tribus ont été déplacées lors des soubresauts de l’histoire brésilienne, notamment sous le régime militaire (1964-85). De retour sur leurs terres, elles réclament la protection du statut accordé aux réserves, auquel est opposé le puissant lobby brésilien de l’agronégoce.

Mercredi sera une journée cruciale. Les indigènes ont prévu de marcher jusqu’à la Cour suprême, au moment où celle-ci commencera à siéger pour décider si la "thèse temporelle" s’applique à une réserve de l’Etat de Santa Catarina (sud). Ce jugement affectera des dizaines de territoires objets de litige depuis des années.

C’est un thème "important parce que divers secteurs au Brésil cherchent à empêcher la démarcation des terres indigènes, y compris dans des lieux où ils se trouvaient déjà", explique Juliana de Paula Batista, avocate de l’Institut Socio-environnemental (ISA), qui défend les droits des peuples autochtones.

Cela pourrait légitimer la violence contre les peuples indigènes

"Si la Cour suprême accepte la 'thèse temporelle', cela pourrait légitimer la violence contre les peuples indigènes et exacerber les conflits dans la forêt amazonienne et d’autres régions", a averti dans un communiqué Francisco Cali Tzay, rapporteur spécial de l’Onu pour les droits des peuples indigènes.

Jair Bolsonaro soutient par ailleurs un projet de loi qui ouvrirait les terres indigènes, déjà touchées gravement par la déforestation et la prospection minière illégale, à l’exploitation des ressources naturelles.

Ces terres sont situées majoritairement dans neuf Etats amazoniens du Brésil, et essentielles pour la préservation de l’environnement.


►►► Des indigènes du Brésil se tournent vers la Cour pénale internationale, accusant Bolsonaro de "génocide"


Deux autres propositions de loi sont décriées comme étant des "PL des invasions" par les indigènes et défenseurs de l’environnement. L’une prône la régularisation des occupations illégales de terres par des orpailleurs, bûcherons ou éleveurs.

Les quelque 900.000 indigènes du Brésil représentent 0,5% des 212 millions d’habitants et leurs terres s’étendent sur 13% du territoire de l’immense pays.

Depuis l’arrivée au pouvoir de Jair Bolsonaro à Brasilia, ils n’ont eu de cesse de dénoncer des invasions de leurs terres -qui ont par ailleurs favorisé la propagation du Covid-19 parmi des populations au système immunitaire fragile -, ainsi que des violences et des atteintes à leurs droits.

Images du 23/06/2021:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK