Boycott au Maroc: quelles sont les mesures annoncées par le PDG de Danone

Boycott au Maroc: quelles sont les mesures annoncées par le PDG de Danone
Boycott au Maroc: quelles sont les mesures annoncées par le PDG de Danone - © Tous droits réservés

En plein mouvement de boycott, Emmanuel Faber, le PDG de Danone, s’est rendu au Maroc pour tenter d’apaiser la situation qui vise sa filiale depuis plus de deux mois. Voilà comment s'est passée cette rencontre.

Depuis des mois, les Marocains protestent contre la vie chère en boycottant certains produits de Danone. La raison ? “Ils en ont ras-le-bol des prix qui sont très élevés par rapport à leur pouvoir d’achat“, explique une boycotteuse.

Débuté sur les réseaux sociaux au travers de hashtags, le mouvement a très rapidement pris de l’ampleur. Depuis le mois d’avril, cette campagne de boycott massive cible en effet plusieurs entreprises, dont les produits laitiers de la filiale Danone appelée “Centrale Danone“.

Respecter le pouvoir d’achat des citoyens

Pour les boycotteurs, il ne fait nul doute que le mouvement a pour but de “servir les intérêts du citoyen marocain“. Aucun autre objectif n’est mis en avant si ce n’est la volonté de “respecter le pouvoir d’achat du citoyen“. De son côté, le PDG de Danone respecte ce mouvement de boycott. “Je le regrette profondément“, a-t-il assuré lors d’une rencontre avec l’activiste à l’origine du boycott.

Mais Emmanuel Faber craint que cela mette en péril les emplois des salariés de l’entreprise. “Si on continue à perdre de l’argent tous les jours, un jour l’entreprise s’arrête“.

Et en effet, les conséquences financières de ce mouvement social sont loin d’être négligeables : Danone a annoncé une perte de 20 % de son chiffre d’affaires au Maroc sur le premier semestre 2018, par rapport à l’année dernière.

Plus aucun profit sur cette marque ?

Malgré cela, l’entreprise a indiqué qu’elle souhaitait rester au Maroc et a défendu la qualité de ses produits. Lors de sa rencontre avec les Marocains, Emmanuel Faber a ainsi annoncé que “le lait Centrale restera ce qu’il est et ce qu’il a toujours été : un lait naturel, complètement issu d’élevages marocains“. Le patron de la filiale en a profité pour “démentir les rumeurs“ de la présence d’antibiotiques et de conservateurs dans les laits pasteurisés, avant d’annoncer une série de mesures comme rendre le lait plus abordable en prix. “Nous ne ferons plus aucun profit sur cette marque en lait frais pasteurisé“.

Newsletter RTBF Info - Afrique

Chaque semaine, recevez l’essentiel de l'actualité sur le thème de l'Afrique. Toutes les infos du continent africain bientôt dans votre boîte de réception.

OK