Blatter sur Platini: "Je pardonne tout, mais je n'oublie pas"

Sepp Blatter passe devant Michel Platini, maussade, vendredi, au Congrès de la FIFA.
2 images
Sepp Blatter passe devant Michel Platini, maussade, vendredi, au Congrès de la FIFA. - © FABRICE COFFRINI - AFP

Tout juste réélu à la tête de la FIFA, Sepp Blatter règle ses comptes. A 79 ans, il repart pour un cinquième mandat malgré le scandale de corruption qui secoue l'organisation mondiale du foot. Il était ce samedi à la Télévision Suisse Romande (TSR), où il s'est attaqué à l'UEFA et à Michel Platini, qui avaient réclamé sa démission, ainsi qu'à une justice américaine qui agirait sur commande... jordanienne. L'occasion choisie par Poutine, Poutine saluer le "professionnalisme" de Blatter après sa réélection.

"Ecoutez, je pardonne à tout le monde. Mais je n'oublie pas"

L'inamovible autant que controversé président de la FIFA, à peine réélu pour un cinquième mandat, n'a rien perdu de sa proverbiale superbe, même si sa personnalité et son organisation étaient ces derniers jours dans l’œil du cyclone.

En fin de semaine, le président de l'UEFA, Michel Platini, réclamait le départ de Sepp Blatter. Celui-ci n'a pas apprécié. Il l'a dit à nos confrères de la Télévision Suisse Romande (TSR), se demandant si Michel Platini et la confédération européenne qu'il dirigent étaient si bien placés pour lui donner des leçons d'éthique.  

"Maintenant, avec Platini, il faudra composer de nouveau. Nous ne pouvons pas vivre sans l'UEFA, et l'UEFA ne peut pas vivre sans la FIFA. Mais je dois dire que les garde-fous que nous avons sont valables pour notre organisation interne, mais que ces garde-fous ne sont pas appliqués dans les associations nationales ou dans les confédérations... Par exemple, la confédération la plus importante au monde, l'UEFA, n'a pas de commission d'éthique indépendante. Ils n'en ont pas! Pourquoi? Parce qu'ils disent "nous, on n'en a pas besoin". Alors? Les autres fédérations devraient l'avoir si l'UEFA ne l'a pas?

Il a également suggéré des causes géopolitiques aux arrestations, par la justice américaine mais sur le territoire suisse, de responsables suspectés de corruption.  "N'oublions pas que les Etats-Unis sont le sponsor numéro un de la Jordanie, donc de mon adversaire (le prince Ali)" à l'élection à la présidence de la FIFA. 

Poutine salue le "professionnalisme" de Blatter après sa réélection

Le président russe a pour sa part félicité Joseph Blatter et salué son "professionnalisme". "M. Poutine s'est dit certain que l'expérience, le professionnalisme et la grande autorité de M. Blatter vont lui permettre d'étendre davantage le rayonnement géographique et la popularité du football", a déclaré un porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, selon les agences de presse russes.

En outre, M. Poutine a "de nouveau souligné que la Russie était prête à coopérer avec la Fifa, en particulier concernant les préparatifs du Mondial-2018", que le pays doit organiser, a ajouté Peskov.

La justice suisse, dans une procédure distincte, enquête elle sur les conditions d'attribution des Mondiaux 2018 et 2022 à la Russie et au Qatar.

RTBF

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK