Birmanie : plus de quarante ONG exigent la fin des violences à l'encontre des civils

Coup d'Etat en Birmanie - Plus de quarante ONG exigent la fin des violences à l'encontre des civils en Birmanie
Coup d'Etat en Birmanie - Plus de quarante ONG exigent la fin des violences à l'encontre des civils en Birmanie - © YE AUNG THU - AFP

Plus de quarante ONG travaillant en Birmanie exigent mardi dans un communiqué que l'utilisation généralisée de la violence meurtrière par l'armée birmane contre les civils cesse. Elles se disent profondément préoccupées par les conséquences humanitaires de cette crise.

Selon les chiffres de l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), 550 civils, dont 46 enfants, ont été tués en Birmanie depuis le 1er février de cette année. La violence s'est intensifiée le samedi 27 mars, journée lors de laquelle au moins 114 personnes ont été tuées. Ce même week-end, l'armée birmane a mené des frappes aériennes dans l'État Karen, tuant plusieurs civils et forçant environ 10.000 personnes à fuir leur domicile.

"Ces actes de violence horribles doivent cesser immédiatement", ont déclaré les ONG.

"Nous sommes profondément préoccupées par les graves conséquences humanitaires de cette crise. L'accès aux services de santé vitaux pour les blessés et les malades chroniques est entravé, ce qui augmente le risque d'invalidité à long terme et fait de la réponse à la pandémie de Covid-19 un défi supplémentaire."


►►► À lire aussi : Massacres en Birmanie: qu'est ce qui peut arrêter la junte?


Les organisations réitèrent leur appel aux forces armées et à la police pour qu'elles cessent d'utiliser une force excessive à l'encontre des civils, des manifestants pacifiques, des journalistes et des travailleurs des médias et pour qu'elles respectent les droits humains.

Les ONG exhortent en outre toutes les parties concernées à "utiliser tous les canaux, forums et moyens diplomatiques disponibles" pour faire en sorte que les civils soient protégés de la violence et qu'ils reçoivent un abri et une protection. De plus, l'aide humanitaire doit bénéficier d'un "accès sans entrave" et il doit exister un "besoin urgent de trouver une solution pacifique à la crise", insistent-elles.

L'appel est lancé entre autres par Oxfam International, Save the Children, People in Need et Plan International.

Violence en Birmanie: JT 02/04/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK