Birmanie: l'exode des Rohingyas vers le Bangladesh expliqué avec des cartes

Le 25 août 2017, des centaines de milliers de Rohingyas commençaient à fuir la Birmanie (Myanmar) vers le Bangladesh. Un an après, on est encore très loin d'une solution au conflit.

Les Rohingyas vivent dans l'état d’Arakan, le long du Golfe du Bengale. Ils seraient environ un million et cohabitent avec plus de deux millions d’Arakanais bouddhistes. Ils vivent au nord de la province autour de la capitale régionale Sittwe.

Les Rohingyas affirment que leurs ancêtres sont arrivés sur cette côte dès le 15e siècle et revendiquent leur appartenance à la nation birmane. Pourtant, selon une loi introduite en 1982, ils en sont exclus.

Formé en 1999, le mouvement 969 prétend défendre l’identité bouddhiste et prône une idéologie raciste et islamophobe. Ils font des Rohingyas les boucs émissaires de frustrations économiques et politiques dans le pays.

Une population privée de tout

Dans certains districts de l'état d'Arakan, les populations musulmanes sont privées de tout : elles n'ont pas droit d'aller à l'école ou au marché. Il faut par exemple toute une journée de tracas administratifs pour gagner le droit de se rendre dans un autre état. Elles ne peuvent pas étudier, posséder des terres, être embauchées dans la majorité des emplois. Il leur est aussi interdit de se marier sans autorisation. Les Rohingyas sont soumis au travail forcé et aux détentions arbitraires. 

Un groupe d’insurgés musulmans, l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan, lance une série d’attaques le 25 août 2017. Selon l'ONG International Crisis Group, ce groupe serait dirigé par des Rohingyas vivant en Arabie Saoudite. En représailles, l’armée birmane brûle des dizaines de villages rohingyas, violent et tuent les habitants.

Exode de masse

L’exode est sans précédent. Cette minorité musulmane apatride a été victime de “nettoyage ethnique”, selon les Nations unies. Des centaines de villages ont été rasés au bulldozer ou par incendie. En décembre 2017, le nombre de villages détruits s'élevait à environ 350. Ce chiffre ne cesse d'augmenter depuis.

À l'heure actuelle, on estime à environ 700.000 le nombre de Rohingyas à fuir la Birmanie vers le Bangladesh.

Images satellite enregistrées avant et après le passage de bulldozers dans le village de Myin Hlut.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK