Birmanie et Bangladesh s'accordent sur le retour des Rohingyas avant la visite du pape

Des réfugiés rohingyas dans le camp de Balukhali, au Bangladesh, le 22 novembre 2017
Des réfugiés rohingyas dans le camp de Balukhali, au Bangladesh, le 22 novembre 2017 - © Munir UZ ZAMAN

A quelques jours de la visite du pape François, la Birmanie et le Bangladesh ont annoncé jeudi un accord sur le retour des réfugiés rohingyas, qui sont plus de 600.000 à avoir fui au Bangladesh ces dernières semaines, dans les "deux mois".

"C'est une première étape", a expliqué à la presse le ministre bangladais des Affaires étrangères A.H Mahmood Ali à Naypyidaw, la capitale administrative birmane, assurant que les Birmans s'étaient engagés à "reprendre" les Rohingyas, qui vivent aujourd'hui à la frontière entre les deux pays dans des camps insalubres.

Cet "accord", signé entre la ministre des Affaires étrangères Aung San Suu Kyi et son homologue bangladais, intervient après des semaines de discussions infructueuses.

Sous les deux mois

Le texte "stipule que le programme de retours doit débuter sous deux mois", a indiqué le ministère des Affaires étrangères du Bangladesh. Le communiqué, qui n'emploie pas le terme "rohingya" que refusent les autorités birmanes, fait simplement mention de "personnes déplacées de l'État Rakhine", région de l'ouest de la Birmanie épicentres des violences. Le critères de rapatriement ou le nombre de personnes concernées par ce programme n'y sont pas précisés.

Ces derniers jours, les responsables diplomatiques se sont succédé à Naypyidaw, pour des entretiens avec le gouvernement birman, à quelques jours de l'arrivée du pape François dans le pays (qui se rendra également au Bangladesh), une visite inédite pour un souverain pontife sur ces terres bouddhistes.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK