Birmanie : des opposants à la junte lancent une radio clandestine

Le "gouvernement fantôme" formé en réaction au coup d’Etat de l’armée en Birmanie a lancé vendredi un programme radio quotidien, pour lutter contre la suprématie sur les ondes des médias officiels soutenus par la junte.

La Birmanie est en proie au chaos depuis que le gouvernement civil d’Aung San Suu Kyi a été renversé par un coup d’État en février, ce qui a déclenché d’énormes manifestations pro démocratie et une répression militaire sanglante.

"Radio NUG"

D’anciens députés dissidents du parti d’Aung San Suu Kyi ont formé un "gouvernement d’unité nationale" (NUG, en anglais) dans la clandestinité ou en exil, cherchant à rallier des soutiens à leur résistance auprès de la communauté internationale.

Vendredi, la première émission biquotidienne de 30 minutes de "Radio NUG" a été diffusée, informant la population sur l’épidémie de Covid-19, livrant des détails sur des exactions présumées commises par l’armée et lisant des lettres de militants prodémocratie.

Organisation "terroriste" selon la junte

"Nous vous envoyons tous nos meilleurs vœux et nous sommes très fiers de vous", peut-on lire dans le message d’un auditeur.

Disposant d’une page Facebook, la radio a encouragé les auditeurs à se procurer des postes de radio plutôt que de les suivre via internet afin de contourner les nombreuses coupures de réseau imposées par la junte.

La junte a classé le NUG comme une organisation "terroriste", ce qui signifie que quiconque leur parle, y compris les journalistes, peut-être inculpé en vertu des lois antiterroristes.


►►► À lire aussi : Birmanie : plus de 1000 civils tués depuis le coup d’Etat militaire


Les forces de sécurité birmanes ont tué plus d’un millier de civils depuis le putsch il y a six mois, a déclaré mercredi une ONG de surveillance des droits.

Le chef de la junte, Min Aung Hlaing, a justifié sa prise de pouvoir comme un moyen de protéger la démocratie, alléguant des fraudes électorales lors des élections législatives de novembre, remportée par le parti d’Aung San Suu Kyi, la Ligue nationale pour la démocratie (LND).

Sur le même sujet

JT 01/08/2021

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK