Bill Clinton monte sur scène pour chanter les louanges d'Obama

Le président des Etats-Unis Barack Obama rejoint Bill Clinton le 5 septembre 2012  sur la scène de la convention démocrate de Charlotte
Le président des Etats-Unis Barack Obama rejoint Bill Clinton le 5 septembre 2012 sur la scène de la convention démocrate de Charlotte - © Mladen Antonov

Le président des Etats-Unis Barack Obama a brièvement rejoint Bill Clinton mercredi soir sur la scène de la convention démocrate de Charlotte, à l'issue du discours de près de 50 minutes que l'ancien président a prononcé en sa faveur.

M. Obama, qui n'a pas pris la parole, est monté sous les ovations sur la tribune du Time Warner Cable Arena, où étaient réunis près de 6.000 délégués du parti démocrate. M. Clinton l'a accueilli en s'inclinant et en l'embrassant, avant que les deux hommes se retirent.

Dans son discours, M. Clinton, qui avait peu auparavant formellement proposé le nom de M. Obama comme candidat des démocrates à la présidentielle du 6 novembre, a accusé les républicains d'avoir laissé les Etats-Unis dans une "pagaille totale", et insisté sur les capacités du président sortant à redresser l'économie.

L'ancien président de 66 ans, toujours extrêmement populaire aux Etats-Unis, a une fois de plus montré qu'il était un orateur hors pair en jouant avec un public conquis d'avance tout en lançant des charges assassines contre le candidat républicain Mitt Romney et son colistier Paul Ryan.

Alors que ces derniers martèlent depuis des jours un argument qui avait déjà été utilisé par Ronald Reagan contre le démocrate Jimmy Carter en 1980, "Etes-vous dans une meilleure situation qu'il y a quatre ans?", M. Clinton leur a réservé une réponse claire et nette.

"Sommes-nous là où nous le souhaitons? Non. Est-ce que le président est satisfait? Non. Mais sommes-nous dans une meilleure situation que quand il a pris ses fonctions, avec une économie en chute libre, qui perdait 750.000 emplois par mois? La réponse est oui!", s'est écrié l'ancien président.


AFP

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK