Biélorussie: Roman Protassevitch, itinéraire d'un journaliste d'opposition qui n'a connu que le régime de Loukachenko

La Biélorussie détient désormais Roman Protassevitch, opposant, journaliste âgé de 26 ans. Il a été interpellé ainsi que sa compagne à bord d’un Boeing Ryanair reliant Athènes à Vilnius et qui a été dérouté sur Minsk dimanche après une alerte à la bombe qui s’est révélée mensongère. Ils ont été arrêtés à l’aéroport, les bagages en soute ont été fouillés et l’avion Ryanair a pu repartir. Les pays occidentaux et l’opposition ont dénoncé cet incident, accusant Minsk de "piraterie", voire de "terrorisme" d’Etat, pour arrêter le militant.

Fondateur de Nexta, la chaîne Telegram qui contourne la censure d’internet

Né le 5 mai 1995 en Biélorussie, un an après l’arrivée d’Alexandre Loukachenko à la tête de cette ancienne république soviétique en 1994, Roman Protassevitch a quitté son pays en 2019, partageant depuis sa vie entre la Lituanie et la Pologne, les deux plaques tournantes des opposants biélorusses exilés.

Il était encore élève en secondaire lorsqu’il a été arrêté et battu en septembre 2012, à 17 ans, par des policiers en civil lors d’une vague de répression avant les élections législatives : "Les policiers m’ont frappé aux reins et au foie, après j’ai uriné du sang pendant trois jours. Ils ont menacé de m’accuser de meurtres non élucidés". Il avait été relâché après quelques heures d’interrogatoire car il était mineur.

Au cours de l’interrogatoire, des agents des services de sécurité biélorusses, toujours appelés KGB comme à l’époque soviétique, lui demandaient ses mots de passe pour des groupes en ligne. Roman Protassevitch dirigeait alors deux sites sur le réseau social VKontakte dont l’un appelait à boycotter les législatives et s’intitulait : "Nous sommes fatigués de Loukachenko".

Il a ensuite travaillé comme photographe pour des médias locaux et a bénéficié en 2017-2018 d’une bourse Vaclav Havel pour aspirants journalistes indépendants.


►►► A lire aussi : Alexandre Loukachenko, dernier dictateur d’Europe ?


Roman Protassevitch est un des fondateurs en 2019 de la chaîne Nexta ("Quelqu’un" en biélorusse, et qui se prononce "Neh’ta") dans l’application de messagerie Telegram, un canal qui a permis à l’opposition biélorusse de s’organiser pour les grandes manifestations de l’été dernier contre le président Alexandre Loukashenko. Il en est devenu rédacteur en chef.

Opposition contre le régime de Loukachenko

Près de 2 millions de Biélorusses dans ce pays de 9,3 millions d’habitants sont abonnés à la chaîne, qui a été le principal canal pour appeler aux manifestations et donner des conseils sur la façon d’éviter les cordons de police. Grâce à Telegram, Nexta a pu continuer à transmettre des informations même pendant les coupures d’internet provoquées par le régime pendant les rassemblements. Les autorités biélorusses ont qualifié la chaîne d''"extrémiste" en l’accusant d’attiser la haine sociale.

Roman Protassevitch est dorénavant le rédacteur en chef de la chaîne BGM qui compte 260.000 abonnés. Sa compagne, Sofia Sapéga, arrêtée dimanche avec lui, est étudiante en droit à l’Université européenne des sciences humaines (EHU) de Vilnius. Roman Protassevitch a couvert la campagne présidentielle de 2020 durant laquelle la représentante de l’opposition, Svetlana Tikhanovskaïa, affrontait Loukachenko.

Le premier journaliste terroriste de l’histoire

En novembre, la Biélorussie a émis un mandat d’arrêt contre le jeune journaliste pour son travail chez Nexta, déclarant qu’il était "impliqué dans une activité terroriste". Sur son profil Twitter, l’opposant s’est alors décrit avec un humour narquois comme "le premier journaliste terroriste de l’histoire".

Roman Protassevitch vivait en exil en Lituanie depuis 2019 car il est poursuivi dans son pays pour "organisation de troubles de masse". Selon l’opposition, le jeune homme encourt 15 ans de prison, voire la peine de mort car la Biélorussie est le dernier pays à l’appliquer en Europe.

Nez cassé, aveux forcés

La télévision d’Etat a diffusé une vidéo d’aveux du journaliste, une vidéo à prendre avec précaution, car les images filmées par le ministère de l’Intérieur violent le droit international si les aveux ont été extorqués par la force. Ces images ne sont pas le résultat d’un travail journalistique.

Roman Protassevitch est apparu lundi à la télévision biélorusse pour réciter ceci : "Bonjour ! Je m’appelle Roman Protassevitch. Hier, j’ai été détenu par des agents du ministère de l’Intérieur à l’aéroport national de Minsk. Je suis maintenant dans la Maison d’arrêt N°1, à Minsk. Je peux dire que je n’ai aucun problème de santé, notamment au niveau du cœur ou d’autres organes. Le personnel se comporte avec moi de façon tout à fait adéquate et en respectant la loi".

Il poursuit : "Je continue à coopérer avec les enquêteurs et j’avoue avoir organisé des 'troubles de masse' à Minsk."

Déclarations sous la contrainte ?

Le visage du jeune homme semble porter la trace de coups. Sa déclaration a sans doute été faite sous la contrainte. C’est l’avis de son père, Dzmitry Protassevitch : "Je pense qu’il a été forcé. Ce ne sont pas ses mots, ce n’est pas son intonation du discours, il se montre très réservé et on voit qu’il est nerveux. Il est très probable que son nez soit cassé, car sa forme est modifiée et il y a beaucoup de poudre sur son front, tout le côté gauche de son visage est poudré, il y a des trucs gras sur le côté gauche. Et ce n’est pas son paquet de cigarettes sur la table – il ne fume pas celles-là. […] Je pense que c’est juste qu’il a été forcé d’enregistrer le message. ''


►►► A lire aussi : Début d’un Sommet européen sous pression, les Européens en quête d’unité sur la scène internationale

 

Voici comment le père de Roman Protassevitch explique ce qui lui arrive : "Même s’il n’est plus le rédacteur en chef (de Nexta), je pense que c’était un acte de vengeance, pour avertir les autres : 'Regardez, on peut le faire'."

Ce n’est pas le premier cas d’aveux extorqués diffusés par la télévision du régime. La grande figure de l’opposition en exil, Svetlana Tikhanovskaïa, déclare sur Twitter : "Voici à quoi ressemble Roman sous pression physique et morale", et dénonce une vidéo diffusée par "les chaînes de propagande du régime".

Roman Protassevitch pensait relancer la contestation

Selon un autre activiste biélorusse qui a travaillé en étroite collaboration avec lui, le gouvernement biélorusse a agi illégalement en arrêtant Roman Protassevitch. Pour Stsiapan Putsila exilé lui en Pologne et qui a cofondé la chaîne Nexta, l’incident de ce dimanche montre que le régime avait commencé "à faire des choses impensables qui sont contraires à la loi et à la logique".

"Roman était très attaché à l’idée de la libération de la Biélorussie", explique Stsiapan Putsila : "Nous avons travaillé avec Roman pendant dix mois et c’était très confortable de travailler avec lui […]. Il croyait en la résistance, […] il pensait que dans un proche avenir, nous retournerions en Biélorussie. Jusqu’au dernier moment, jusqu’à son arrestation, il croyait relancer l’activité de protestation d’août 2020 parce qu’il pensait que c’était très important. C’est pourquoi le régime avait tellement peur de lui et a pris des mesures si drastiques. "

"La nouvelle de la capture de Roman était bien sûr inattendue pour nous – nous ne pensions pas qu’une telle chose pouvait arriver, bien que nous discutions du fait qu’il était dangereux de survoler les pays amis avec Loukachenko. Mais Roman n’a pas pris cela en considération, nous n’avions pas tout vérifié et c’est ce qui s’est passé. Nous, comme ses parents, avons été choqués par cette nouvelle."

Le gouvernement veut réduire la presse indépendante au silence

L’arrestation du journaliste d’opposition cadre avec le tour de vis donné par le gouvernement : le président Loukachenko a signé lundi une loi interdisant aux journalistes de couvrir les manifestations jugées illégales comme à l’été et à l’automne 2020 qui ont rassemblé des dizaines de milliers de personnes, une mobilisation énorme pour ce pays. La protestation s’est progressivement essoufflée face à des arrestations massives, des violences policières ayant fait au moins quatre morts et de lourdes peines de prison contre des militants et des journalistes.

Le Parquet général et les procureurs régionaux pourront désormais décider seuls de "restreindre" l’accès à des sites d’informations faisant "la propagande de l’extrémisme". Interrogé par l’AFP, le porte-parole de l’Association des journalistes biélorusses, Boris Goretski, a dénoncé ces nouvelles lois conduisant "à l’éradication de ce qu’il reste de la presse indépendante". Selon son association, près de 30 journalistes sont emprisonnés en Biélorussie. La semaine dernière, le site du principal média indépendant du pays, TUT.BY, a été bloqué et plusieurs de ses collaborateurs arrêtés.

Et ce mardi, le dirigeant d’un parti d’opposition, Pavel Severinets, et six autres militants ont été condamnés à des peines allant de 4 à 7 ans de prison. Ils étaient jugés à huis clos depuis la mi-mai à Moguilev, dans l’est du pays, pour avoir participé "à des troubles massifs", référence au vaste mouvement de contestation de 2020. Pavel Severinets, qui dirigeait le parti chrétien-démocrate, une formation non enregistrée, avait été arrêté en juin 2020, alors qu’il collectait des parrainages pour un candidat d’opposition à la présidentielle d’août. L’opposant, qui a déjà purgé trois ans de prison dans les années 2010 pour son activisme politique, est en détention depuis 11 mois et n’a donc pas pu participer au vaste mouvement de contestation de l’été et de l’automne dernier dénonçant la réélection d’Alexandre Loukachenko à la présidence.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK