Biden veut prolonger le dernier traité nucléaire avec Moscou mais affiche sa fermeté

Le président Biden signe des décrets relatifs à la crise sanitaire à la Maison Blanche, le 21 janvier 2021
Le président Biden signe des décrets relatifs à la crise sanitaire à la Maison Blanche, le 21 janvier 2021 - © MANDEL NGAN

Joe Biden a proposé jeudi de prolonger de cinq ans le traité-clé de désarmement nucléaire New Start entre Washington et Moscou, qui expire début février et que Donald Trump n'avait pas réussi à reconduire, tout en affichant sa fermeté face aux "actes antagonistes" de la Russie.

"Les Etats-Unis entendent aboutir à une prolongation de cinq ans de New Start, comme le permet le traité", a déclaré la porte-parole de la Maison Blanche Jen Psaki lors d'une conférence de presse au lendemain de l'entrée en fonctions du démocrate.

Pour montrer qu'il ne s'agit pas d'un chèque en blanc, le président Biden a demandé aux services de renseignement américains "un examen global" de la récente cyberattaque géante imputée aux Russes, d'éventuelles "ingérences" dans les élections américaines et de "l'utilisation d'armes chimiques contre le leader de l'opposition Alexeï Navalny", a précisé Jen Psaki.

Cette analyse doit aussi concerner les informations, minimisées par l'ex-président républicain, selon lesquelles la Russie aurait payé des "primes" à des talibans pour tuer des soldats américains.

"Tout en travaillant avec la Russie pour défendre les intérêts américains" en matière de contrôle des armements, "nous travaillons à tenir la Russie pour responsable de ses actes antagonistes et irréfléchis", a plaidé Jen Psaki.

Avant même de prêter serment, Joe Biden avait haussé le ton avec Moscou, désireux de rompre avec l'ambivalence de l'administration Trump.

Etats-Unis-Russie: suspension du traité sur les armes nucléaires (JT 01/02/2019)

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK