Bettencourt: Nicolas Sarkozy dément tout financement électoral illégal

Bettencourt: Nicolas Sarkozy dément tout financement électoral illégal
Bettencourt: Nicolas Sarkozy dément tout financement électoral illégal - © Belga

Nicolas Sarkozy a démenti mardi tout financement électoral illégal de sa campagne présidentielle de 2007, s'exprimant pour la première fois sur le fond depuis la relance de l'affaire Bettencourt, avec l'incarcération de Patrice de Maistre.

Le président-candidat a également reconnu qu'il était "bien sûr" possible qu'il ait rencontré André Bettencourt, le mari de Liliane Bettencourt, en février 2007, avant le premier tour de l'élection présidentielle, voulant couper court à toute spéculation après des informations de l'Express. "Comme toujours avant la présidentielle, il y a un certain nombre de boules puantes, c'est classique, ça ne surprend personne, ce n'est pas pour autant que c'est avéré", a lancé M. Sarkozy sur Canal +.

"Je voudrais dire une chose sur les comptes de ma campagne de 2007 (...) ils n'ont été contestés par personne", a insisté Nicolas Sarkozy en soulignant que la commission des comptes de campagne avait "certifié ces comptes", ainsi que le Conseil constitutionnel.

"Je ne sais pas ce que je faisais il y a cinq ans"

Quant à une rencontre en 2007 avec André Bettencourt, le mari, aujourd'hui décédé, de Liliane Bettencourt, Nicolas Sarkozy s'est étonné : "la question c'est 'est-ce que vous auriez pu rencontrer André Bettencourt ? Bien sûr'. Quel est le problème, quelle est l'histoire, quelle est l'information ? (...) Je ne sais pas ce que je faisais il y a cinq ans".

L'Express a affirmé lundi, sur la foi du carnet intime de Liliane Bettencourt, que M. Sarkozy avait rencontré M. Bettencourt en février 2007. "J'étais depuis vingt ans maire de Neuilly, ils (André et Liliane Bettencourt) habitaient Neuilly, il a été sénateur pendant que j'étais député, il était dans la majorité, la même que la mienne, jusqu'à présent M. Bettencourt c'était un délinquant ? Ce pauvre homme qui est mort depuis des années", s'est agacé Nicolas Sarkozy.

Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK