"Bernard Arnault vient ici cacher son patrimoine au fisc français"

Suite à l'affaire Cahuzac, le député PS français estime qu'il y a "un devoir d'exemplarité quand on est élu de la république", il faut la transparence sur l'ensemble du patrimoine et ce n'est ni du populisme et ni du voyeurisme: "Il ne faut pas avoir peur de la transparence. Ce n'est pas la seule chose qu'il faut, ce n'est pas avec ça on ne réglera pas tout, il y a eu la faute d'un homme, Jérôme Chahuzac, qui a fauté de manière très grave, ministre qui lutte contre la fraude fiscale, qui a menti".

Par rapport à ce mensonge, Philip Cordery ajoute qu'"il n'y a pas que la transparence, il y a aussi la question du contrôle, qui est essentielle, il faut assez de contrôleurs". Il y a une volonté du gouvernement d'avoir de la transparence et du contrôle, c'est une volonté nouvelle de la part du président, du premier ministre de la gauche, martèle l'élu des Français de Belgique, des Pays-Bas et du Luxembourg.

Belgique, paradis fiscal?

Interrogé sur l'exil fiscal de certains de ses compatriotes, Philip Cordery concède que le phénomène existe, mais tempère: pour la majorité des Français de Belgique, salariés, retraités ou chômeurs, la pression fiscale est beaucoup plus grande en Belgique que dans l'Hexagone. Il estime qu'il faut plus de convergence fiscale en Europe.

Enfin, sur la cas Bernard Arnault, qui a annoncé cette semaine qu'il renonçait à devenir belge, le député socialiste juge qu'il est bien toujours exilé fiscal en Belgique: "Il vient cacher ici son patrimoine pour qu'il échappe au fisc français".

RTBF

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK