Berlin: l’histoire d’un aéroport qui ne parvient pas à décoller

Berlin: L'histoire d'un aéroport qui ne décolle pas
3 images
Berlin: L'histoire d'un aéroport qui ne décolle pas - © Tous droits réservés

Elle a beau être la troisième destination touristique d’Europe, après Londres et Paris, la ville de Berlin ne dispose toujours pas d’un aéroport international digne de ce nom. Du moins, pas en fonctionnement. Lancé en 2006, le chantier de l’aéroport Willy Brandt traîne en longueur. Déjà reportée cinq fois, la faute à des défauts de construction et des problèmes techniques, son ouverture, prévue pour 2020, pourrait être une nouvelle fois différée.

Sur le tarmac, les camions de kérosène sont en position, les passerelles aussi. Ne manquent plus que les avions assène, convaincu, Engelbert Lütke Daldrup, futur président d’un aéroport encore fantôme. « Là, vous voyez la tour de contrôle, et derrière, à trois kilomètres, les hangars qui sont déjà finis, c’est pour cela que nous sommes bien préparés pour la date d’ouverture prévue en 2020. » La date est répétée, martelée, cette fois les délais seront tenus assure notre interlocuteur.

Il suffit de se tourner vers l’intérieur du terminal pour le constater. Les ouvriers sont à l’œuvre un peu partout. Ici pour monter un échafaudage au niveau des départs, là pour fixer des câbles au plafond d’une future boutique. Cette fois plus question de reproduire les erreurs passées, des malfaçons et dysfonctionnements en pagaille qui ont provoqué déjà cinq reports d’ouverture, et pourtant…

Des milliers de chevilles en plastique à changer

Le mois dernier, un organisme de certification a pointé dans un rapport les défauts du système d’alimentation électrique du bâtiment. En cause, des milliers de chevilles en plastique non ignifugées, à changer avant le 31 juillet. Engelbert Lütke Daldrup relative, selon lui les chevilles, certes pas aux normes, ne poseraient pas de problème de sécurité. Il faut dire qu’un remplacement de ces chevilles entraînerait un démontage catastrophique pour le calendrier du projet.

Chose impensable aux yeux de Jan Eder, le chef de la Chambre berlinoise de commerce et d’Industrie. L’inauguration du futur aéroport Willy Brands, du nom de l’ancien chancelier de la RFA, accuse déjà huit ans de retard. « Tous les jours, les entreprises internationales nous rappellent que ce n’est pas drôle de devoir faire escale à Francfort ou Munich, c’est impensable que l’aéroport de la capitale de la première puissance économique européenne ne propose que 7 destinations directes en longs courriers.»

A titre de comparaison, l’aéroport de Bruxelles en compte aujourd’hui 32. Avec ses deux vieux aéroports, Tegel et Schönefeld, Berlin peine à contenir un trafic passager qui explose, et risque bien de rater le virage du tourisme asiatique. 20 millions de passagers supplémentaires sont annoncés d’ici 2040 dans la capitale allemande.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK