Belges en Syrie: réaction de Joëlle Milquet suite au reportage RTBF

Les deux mineurs ont suivi le même chemin que les jeunes Belges partis combattre en Syrie: ils arrivent à Istanbul sans accord parental, et surtout sans aucune opposition
Les deux mineurs ont suivi le même chemin que les jeunes Belges partis combattre en Syrie: ils arrivent à Istanbul sans accord parental, et surtout sans aucune opposition - © RTBF

La ministre de l'Intérieur Joëlle Milquet "redemande avec insistance" aux différents services fédéraux compétents de s'assurer de l'exécution des mesures concernant le départ de jeunes Belges en Syrie, a-t-elle indiqué lundi à l'agence de presse Belga. La ministre réagit ainsi à notre reportage RTBF montrant deux mineurs non accompagnés qui prennent l'avion pour la Turquie.

Dans une réaction écrite transmise à l'agence de presse Belga, la ministre de l'Intérieur rappelle qu'elle a déjà demandé "que les services compétents en matière de mobilité demandent aux compagnies aériennes de renforcer leur contrôle pour le départ des mineurs".

Joëlle Milquet souligne également "qu'en raison de l'absence, au niveau international, de règles impératives pour les compagnies aériennes, ou d'autres dispositions législatives internes, concernant le départ des mineurs dans tous les aéroports des pays européens et autres, elle a proposé au Comité ministériel restreint de vendredi dernier, et obtenu, de mettre en place un nouveau dispositif légal en Belgique, actuellement inexistant comme dans d'autres pays."

La ministre de l'Intérieur a demandé l'organisation cette semaine d'une réunion avec les départements de la Justice et de la Mobilité, "en vue de faire adopter vendredi au Comité ministériel restreint, comme prévu, les principes de ce nouveau dispositif obligatoire". Joëlle Milquet redemande par ailleurs "avec insistance" aux différents services fédéraux compétents de s'assurer de l'exécution des différentes mesures demandées.

Pour le député fédéral Denis Ducarme (MR), le reportage constitue "une démonstration très inquiétante du manque de prolongement sur le terrain des mesures accordées en kern vendredi dernier". Il réclame donc la mise en application "concrète" de ces décisions, pour qu'elles "ne restent pas lettre morte."

Et le député libéral ajoute "Nous sommes satisfaits de ces mesures car elles protègent les familles et garantissent la protection des mineurs. Mais les décisions politiques ne sont pourtant pas suivies dans les faits, c'est perturbant. Surtout que la ministre de l'Intérieur nous a présenté ce dossier comme étant sous contrôle. C'est une question de cohérence politique." Denis Ducarme a par ailleurs précisé que ce dysfonctionnement fera l'objet d'une interpellation au parlement.

En se demandant si les contrôles pour empêcher les jeunes d’aller se battre en Syrie étaient vraiment renforcés, une des équipes RTBF a accompagné deux mineurs sur un vol vers Istanbul, soit le même vol que ces jeunes Belges partis récemment combattre en Syrie.  Il y a un peu plus d’une semaine, la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet, disait avoir exigé des contrôles plus stricts dans les aéroports belges et attiré l'attention des compagnies aériennes sur la question. Notre équipe a pu constater que c'était sans effet sur le terrain, et a démontré que deux mineurs pouvaient se rendre seuls en Turquie sans problème.

Reportage

Simon a 14 ans, Jawad en a 16. Ils n'ont aucune envie de partir faire le djihad. Equipés de micros, ils tentent de prendre l'avion seuls, sans autorisation parentale - la RTBF avait bien entendu prévenu leurs parents et obtenu leur accord -, et sont suivis à distance par l'un de nos journalistes.

Simon prend la parole avant de rentrer dans l’aéroport : "On va essayer de passer les portes. Et on verra s’ils ont vraiment renforcé le service de sécurité."

Le premier contrôle, à la douane, se passe sans encombre. Les policiers contrôlent leur carte d'identité, mais ne leur posent aucune question, et ne demandent pas d'autorisation parentale. A la porte, on entend déjà l’annonce du vol vers Istanbul, et toujours pas de question. Les compagnies aériennes peuvent pourtant refuser l'embarquement à des mineurs non accompagnés.

"Easy!" s’exclament les deux garçons.

En quatre heures, les deux garçons se retrouvent à Istanbul sans aucun problème. Aucune loi n'interdit à un enfant de plus de douze ans de voyager où bon lui semble. Mais ils ont suivi exactement le même parcours que les jeunes combattants qui partent pour la Syrie... Et à aucun moment, on ne leur a demandé ce que deux mineurs allaient faire seuls en Turquie, en dehors des vacances scolaires.

Et notez qu'au retour, les deux jeunes ont eu un peu plus de questions à Zaventem : un policier leur a demandé le pourquoi de leur aller-retour en Turquie, mais sans faire plus de problème.

RTBF avec Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK