Bayer perd son troisième appel dans un procès sur le glyphosate aux Etats-Unis

Le groupe allemand Bayer, propriétaire de Monsanto, a perdu son troisième appel dans des poursuites aux USA visant le Round Up, désherbant à base de glyphosate, classé "cancérogène probable" par le Centre international de recherche sur le cancer (CIRC).

Un tribunal de San Francisco a confirmé lundi un jugement établissant que Bayer était responsable des cancers diagnostiqués par les plaignants Alberta et Alva Pilliod.

Un premier jury californien avait condamné Bayer en 2019 à dédommager les couples et verser des amendes pour un montant total de 2 milliards de dollars (1,70 milliard d’euros). Le tribunal avait réduit cette somme à 86,7 millions de dollars (73,89 millions d’euros).

Nous continuons à maintenir que le Round Up est sûr

"Nous sommes respectueusement en désaccord avec le jugement du tribunal alors que le verdict n’est pas étayé par des preuves lors d’un procès ou par la loi", a fait part un porte-parole à l’agence de presse allemande dpa. "Monsanto va considérer ses options légales dans cette affaire".

"Nous continuons à maintenir que le Round Up est sûr, une position établie par quatre décennies de science et l’évaluation de législateurs sanitaires de par le monde qui soutiennent un usage sûr", a ajouté le porte-parole.

Trois affaires perdues

Bayer a perdu trois affaires judiciaires aux USA, ce qui a mené davantage de personnes à poursuivre le groupe, accusant avoir contracté un cancer en utilisant le désherbant.

Une évaluation de l’agence de protection de l’environnement américaine affirme que l’agence ne considère pas que le glyphosate présente un risque pour la santé quand utilisé comme indiqué.

Le groupe allemand Bayer a acquis l’Américain Monsanto en 2018 pour 63 milliards de dollars.

 

Archives JT 30/07/2019:

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK