Bataille d'Idleb en Syrie : la ville de Saraqueb à nouveau aux mains du régime de Bachar Al-Assad

La Turquie a lancé l'opération "Bouclier de Printemps" contre le régime de Damas.
La Turquie a lancé l'opération "Bouclier de Printemps" contre le régime de Damas. - © AAREF WATAD - AFP

Les forces du régime syrien sont entrées ce lundi à Saraqeb quelques jours après que les insurgés ont repris cette ville stratégique du nord-ouest de la Syrie, où des combats se poursuivent, selon une ONG et les médias officiels.

Avec l’appui d’Ankara, les rebelles et les djihadistes avaient réussi à reprendre le 27 février Saraqeb, tombée le 8 février dans l’escarcelle de Damas, dans le cadre d’une vaste offensive pour reprendre la région d’Idleb.


►►► Lire aussi : Syrie : la bataille d’Idleb mènera-t-elle à une confrontation globale ?


Selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH), qui dispose d’un vaste réseau de sources en Syrie, Damas a déployé ce dimanche soir aux abords de la ville des renforts, ralliés par des combattants du Hezbollah, mouvement chiite libanais allié du régime, en vue d’un assaut.

L’assaut du régime

Au moins 23 rebelles et djihadistes ont été tués dans des frappes et des combats nocturnes, selon le directeur de l’OSDH, Rami Abdel Rahmane.

"Les forces du régime sous couverture aérienne russe ont pu reprendre le contrôle total de Saraqeb", a dit l’Observatoire.


►►► Lire aussi : "il y a un cynisme épouvantable des Russes pour qui la vie n’a pas de prix", selon le Dr Raphaël Pitti


L’agence officielle syrienne Sana a indiqué de son côté que l’armée syrienne était entrée dans la ville au terme de violents combats contre les rebelles soutenus par la Turquie.

Dans un communiqué, l’armée russe a elle annoncé que des unités de sa police militaire étaient entrées dans Saraqeb ce lundi en fin d’après-midi, "étant donné l’importance de garantir la sécurité et la libre circulation des transports et des civils sur les autoroutes M4 et M5".

Le porte-parole des groupes pro-Ankara, Naji Mustafa, a affirmé pour sa part que les forces du régime avaient pris une partie de la ville.


►►► Lire aussi : conflit en Syrie : Russes et Turcs, condamnés à s’entendre

 

"Les forces d’Assad ont lancé une attaque contre Saraqeb et des affrontements très violents se poursuivent à l’intérieur" de la ville, a déclaré à l’AFP le porte-parole du Front national de libération (FNL), coalition rebelle appuyée par la Turquie.

Saraqeb se situe à la jonction de deux autoroutes clés : la M5 qui relie la capitale Damas à la grande ville d’Alep (nord) et la M4, qui connecte Alep à la province côtière de Lattaquié, autre bastion du régime.

Damas et Ankara au bord du gouffre

Les combats acharnés entre les deux camps dans la région d’Idleb ont entraîné une poussée de fièvre inédite entre Damas et Ankara.

Ce dimanche, la Turquie a annoncé mener une offensive contre le régime dans la région d’Idleb, où elle a des postes d’observation, abattant deux de ses avions et infligeant de lourdes pertes à ses troupes.

Selon l’OSDH, plus de 90 soldats du régime ont été tués dans les bombardements turcs depuis ce vendredi, tout comme 10 combattants du Hezbollah.

Le régime de Bachar al-Assad s’est dit ce lundi déterminé à repousser l’offensive turque.

Avec l’aide de Moscou, le régime syrien mène depuis décembre une offensive d’envergure contre la région d’Idleb et a pu reconquérir la moitié de la province, selon l’OSDH.

L’offensive a provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d’un million de déplacés d’après l’ONU, et plus de 400 civils tués, selon l’OSDH.

Déclenchée en 2011, la guerre en Syrie a fait plus de 380.000 morts.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK