Barnens ö, le paradis suédois des colonies de vacances

Archipel suédoise de Barnens Ö
Archipel suédoise de Barnens Ö - © CC BY-ND 2.0 - Alison

Les colonies de vacances : vos enfants y sont peut-être, vous-même les avez peut-être fréquentées. Dans certains pays d’Europe, elles sont en perte de vitesse, mais pas en Suède. Dans l’archipel de Stockholm, une île est même dédiée uniquement aux vacances des enfants. Depuis plus d’un siècle, elle accueille une vingtaine de colonies de vacances, et des milliers de jeunes. Des colos traditionnelles, avec activités en mer ou en forêt, où les téléphones portables sont interdits. Mais elles plaisent. Chaque été, elles refusent du monde.

Bienvenue à Barnens ö, l’île aux enfants, dans le cadre idyllique de l’archipel de Stockholm, au bord de la mer Baltique. Le paradis suédois des colonies de vacances où l’on dort dans de vieilles ferme suédoises, où l’on n’a pas de portables, où l’on fait soi-même le ménage, mais où l’on revient toujours avec plaisir. La tradition a commencé à la fin du XIXe siècle, quand patrons éclairés et religieux se sont unis pour offrir des vacances aux enfants de Stockholm, une époque où la ville était pauvre et insalubre.

"C’est bien de rencontrer d’autres personnes, et de profiter de l’été : nager, faire des jeux, être dehors", "J’aime vraiment cet endroit. On profite de la nature, on sort ensemble, plutôt que de sortir avec son téléphone… " témoignent des enfants.

En perte de vitesse il y a quelques années, la fondation qui gère l’île aux enfants a fait sa promotion sur les réseaux sociaux, et ça a marché. "Parmi les raisons du succès, il y a bien sûr les tarifs, qui n’ont pas bougé depuis cinq ans, c’est très bien. Mais aussi les enfants : s’ils s’éclatent, ils reviennent" explique Niklas, un des responsables.
Et parfois, l’engouement est tel qu’il faut établir une liste d’attente. Chaque été, les kollos de l’île aux enfants accueillent 4000 jeunes et adolescents, pour un tarif qui va de 35 à 5 euros par jour, tout compris.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK