Barack Obama: nouveau plan d'économie, les millionnaires vont casquer

Barack Obama
Barack Obama - © /Nicholas KAMM (AFP)

Barack Obama table sur 3.000 milliards de dollars d'économies, sur les 10 années à venir, notamment grâce au retrait de l'Irak et de l'Afghanistan mais aussi en taxant les millionnaires.

La mesure phare est l'augmentation des impôts pour les  Américains les plus riches. Il s'agit de la taxe "Buffett", du nom de l'investisseur Warren Buffett qui l'a proposée.

Ce plan concernerait les contribuables gagnant plus d'un million de dollars, c'est-à-dire environ 725.000 euros. Barack Obama souhaite que le taux d'imposition des contribuables américains les plus riches revienne à son niveau des années 1990. L'objectif est que la classe moyenne ne paye pas plus, proportionnellement, que les millionnaires.          

Pour le président américain, tout plan de réforme doit faire augmenter les recettes, pour aider à réduire le déficit: "Les familles de classe moyennes ne devraient pas payer plus d'impôts que des millionnaires ou des milliardaires, c'est simple, c'est difficile d'argumenter contre cela. C'est injuste qu'aux Etats-Unis, un professeur qui gagne 50.000 dollars doive payer plus d'impôts que quelqu'un qui empoche 50 millions de dollars."

Les Républicains ont réagi avec hostilité à ce discours

Pour le camp républicain, la hausse des impôts proposée par le président Obama aura un effet dévastateur sur la croissance économique aux Etats-Unis. Il faut dire que le plan Obama n'a guère de chances de passer dans une Chambre des représentants à majorité républicaine.

En recul dans des sondages réalisés ces derniers mois auprès de l'électorat démocrate, Barack Obama a tenté avant tout de rassurer ses supporters, en s'érigeant en défenseur des classes moyennes et des pauvres, face aux riches.

Cet affrontement idéologique, entre Démocrates et Républicains, sur la politique économique devrait se prolonger jusqu'à l'élection présidentielle de novembre 2012.

 

Nicolas Willems

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK