Les violences en Ukraine et la dette grecque au menu du sommet du G7

Obama et Merkel se sont entretenus en tête-à-tête en fin de matinée ce dimanche, affichant leur unité face à la Russie.
2 images
Obama et Merkel se sont entretenus en tête-à-tête en fin de matinée ce dimanche, affichant leur unité face à la Russie. - © ALAIN JOCARD - AFP

Les dirigeants des sept pays les plus industrialisés au monde se retrouvent ce dimanche et ce lundi. Au menu de ce sommet du G7 : les violences dans l'Est de l'Ukraine, mais aussi les difficiles négociations sur le règlement de la dette grecque. Le premier arrivé ce dimanche matin était le président américain Barack Obama.

Barack Obama a salué l'amitié entre l'Allemagne et les États-Unis, affichant leur unité face à la Russie avant de s'entretenir en fin de matinée en tête-à-tête avec la chancelière allemande Angela Merkel.

Ils devaient ensuite être rejoints par les dirigeants du Canada, de la France, d'Italie, du Royaume-Uni et du Japon.

Ce sommet du G7 sera dominé par deux sujets : la Grèce et l'Ukraine.

La Commission met la pression

Samedi soir, Angela Merkel s'est déjà entretenue par téléphone avec le président français François Hollande et le Premier ministre grec Alexis Tsipras.

C'est la quatrième conversation du genre en dix jours à peine. Il faut dire que la situation est tendue : la Grèce risque le défaut de paiement à la fin du mois.

Et le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker met la pression, déplorant ne pas avoir reçu comme promis de nouvelles propositions de réformes de la Grèce.

Une mise en garde à la Russie ?

Les violences dans l'Est de l'Ukraine devraient également prendre une part importante des discussions. Une mise en garde pourrait être adressée au président russe Vladimir Poutine.

Le président du Conseil européen Donald Tusk a appelé le G7 à confirmer son unité sur les sanctions contre la Russie.

T.M. avec Florence Hurner

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK