Barack Obama autorise une action militaire limitée en Libye

Barack Obama
Barack Obama - © AFP

Le président américain Barack Obama a annoncé samedi avoir autorisé une "action militaire limitée" des forces américaines en Libye. Près de 110 missiles américains et britanniques ont bombardé la Libye. Aucune action militaire US n'est prévue sur le sol libyen.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne ont lancé samedi une première vague d'environ 110 missiles de croisière Tomahawk sur la Libye, a annoncé l'amiral américain William Gortney lors d'un point presse au Pentagone. Les missiles ont été envoyés depuis des navires et des sous-marins et ont touché "plus de 20 objectifs" parmi lesquels des systèmes de défense anti-aérienne et des noeuds de communication stratégiques, tous situés sur la côte, a précisé le militaire. Les opérations se déroulant de nuit, l'amiral a indiqué qu'il faudrait "un peu de temps" pour évaluer l'impact des attaques.

Ces attaques font suite au discours du président américain. "Kadhafi n'a absolument pas tenu compte des occasions que lui a données la communauté internationale. Il a continué d'attaquer son peuple", a déclaré Barack Obama à Brasilia où il entamait une tournée de cinq jours en Amérique latine. Le président américain a prévenu samedi le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi que "les actes ont des conséquences", justifiant la décision des Etats-Unis de participer à l'opération contre le régime libyen par les attaques que ce dernier a mené contre les insurgés.

Barack Obama a donc donné le feu vert aux forces américaines pour engager des "actions militaires limitées" contre Libye afin de faire respecter l'application de la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU. Le président Barack Obama a insisté samedi sur le fait que les Etats-Unis ne déploieraient pas de troupes au sol en Libye.

Les Britanniques aux côtés des Américains

Les forces britanniques se sont jointes samedi soir aux opérations internationales contre le régime du colonel Mouammar Kadhafi dans le cadre de la résolution de l'ONU autorisant le recours à la force, a annoncé le Premier ministre britannique David Cameron. "Ce soir (samedi), des forces britanniques sont en action au-dessus de la Libye. Elles participent à une coalition internationale qui s'est formée pour appliquer la décision des Nations unies et protéger le peuple libyen", a-t-il dit sur le perron du 10, Downing Street, résidence et bureaux du Premier ministre.

L'action militaire est "nécessaire, légale et justifiée", a déclaré le chef du gouvernement devant les caméras. "Nous ne devons pas rester sur la touche quand ce dictateur tue son propre peuple", a-t-il dit, en référence au colonel Mouammar Kadhafi. "Nous avons tous vu la brutalité effroyable que le colonel Kadhafi a infligée à son propre peuple et, loin de mettre en oeuvre le cessez-le-feu dont il a parlé, il a en fait renforcé ses attaques et leur brutalité", a ajouté David Cameron.

Les dégâts côté libyen

Suite à ces frappes américaines et britanniques, des dégâts étaient annoncés côté libyen. Des "objectifs civils" dans les villes côtières de Tripoli, Misrata, Zouara et Benghazi ont été la cible samedi de raids "ennemis", a indiqué un porte-parole de l'armée libyenne cité par la télévision libyenne. Un autre responsable libyen parle d'une "agression barbare", de "nombreuses victimes"

E.W. avec agences


Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK