B. Obama en tournée pour remobiliser les jeunes sur le coût des études

Le président américain Barack Obama, le 20 avril 2012 à Washington
2 images
Le président américain Barack Obama, le 20 avril 2012 à Washington - © Saul Loeb (AFP)

Barack Obama va s'ériger cette semaine en défenseur du pouvoir d'achat des étudiants dans des universités de trois Etats-clé, afin de remobiliser le groupe crucial des jeunes électeurs à six mois de la présidentielle américaine.

Après avoir évoqué ces dernières semaines l'énergie, la question des femmes et l'égalité devant l'impôt, Barack Obama va parler mardi et mercredi du coût des études, une question lancinante aux Etats-Unis où les étudiants quittent en moyenne l'université avec 25.000 dollars de dettes.

Le président démocrate fait déjà valoir que son administration a réformé le secteur des prêts étudiants en oeuvrant à éliminer les banques de l'équation. Mais les taux des prêts subventionnés par l'Etat, fixés par la loi à 3,4%, doivent doubler en juillet faute de prolongation de ce dispositif au Congrès où les républicains sont en position de force.

Barack Obama, qui met depuis septembre 2011 ces élus au défi d'adopter des mesures de relance de l'économie, de rééquilibrage de la fiscalité en faveur des plus modestes et de lutte contre le chômage, les exhorte à empêcher l'augmentation prévue.

Il devrait marteler ce message mardi en Caroline du Nord et au Colorado, puis mercredi dans l'Iowa, à chaque fois lors de discours dans de grandes universités publiques.

Barack Obama est familier des rassemblements dans des gymnases d'universités, où des foules enthousiastes garantissent des tonnerres d'applaudissements. Il avait clos de précédentes tournées dans de tels établissements, en particulier en février dans le Michigan et en mars dans l'Ohio.

La Maison Blanche a nié que les déplacements de mardi et mercredi soient à but électoral.

Toutefois, dans une élection présidentielle organisée par Etats, chacune de ces régions revêt une importance stratégique pour la campagne démocrate. Barack Obama les avait enlevées en 2008 mais elles ont oscillé entre son camp et les républicains lors des dernières consultations.

Les jeunes, un soutien important

L'électorat jeune avait joué un rôle important dans la victoire de Barack Obama il y a quatre ans, le message de "changement" et "d'espoir" de sa campagne ayant séduit 66% des électeurs âgés de 18 à 29 ans.

Même en relatif déclin, le soutien au président démocrate reste majoritaire au sein de ce groupe démographique face à son probable adversaire républicain Mitt Romney: les derniers sondages lui accordent un score de 61% des voix en l'état.

Mais le défi pour les démocrates sera de réussir à remobiliser ce groupe démographique peu inscrit sur les listes électorales, davantage touché par l'abstention et l'une des principales victimes de la montée du chômage au début du mandat de M. Obama.

Malgré le caractère apolitique de ce déplacement professé par la Maison Blanche, l'équipe de campagne de M. Obama s'en est pris lundi à Mitt Romney sur le thème des prêts étudiants, passé selon elle par pertes et profits dans le budget de rigueur élaboré par le représentant républicain Paul Ryan, voté par la Chambre et soutenu par Mitt Romney.

Mitt Romney a en réponse fait savoir lundi qu'il soutiendrait la prolongation du plafonnement des taux, et en a profité pour attaquer Barack Obama sur son bilan.

"Quand 50% des jeunes sortant de l'université ne trouvent pas de travail, ou de travail correspondant à leurs qualifications, comment donc peut-on soutenir un président qui nous a dirigé vers de telles conditions économiques?", s'est interrogé Mitt Romney.

AFP

Et aussi

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK