B. Netanyahu reçu sans les formes à la Maison Blanche

RTBF
RTBF - © RTBF

Peu avant d'accueillir Benyamin Netanyahu, la Maison Blanche a affirmé lundi qu'elle continuait à vouloir un arrêt de la colonisation juive et que sa position n'avait pas changé. Rien n'a filtré de la rencontre entre Barack Obama et le Premier ministre israélien.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a passé une heure 40 à la Maison Blanche lundi soir, mais ses entretiens avec le président Barack Obama ont été entourés d'un huis clos total qui en dit long sur les crispations entre les deux grands pays alliés.

La Maison Blanche s'est contentée d'un compte rendu de trois phrases rapportant que MM. Obama et Netanyahu avaient "discuté de l'Iran et de la manière de faire avancer la paix au Proche-Orient", sans plus de détails. Benyamin Netanyahu est arrivé à la Maison Blanche juste avant 19h00 et en est reparti à 20h40, sans dire un mot à la presse qui ne l'a aperçu que brièvement à son arrivée et son départ en voiture.

Comme prévu, à aucun moment les deux dirigeants ne sont apparus ensemble devant la presse, fait exceptionnel pour une rencontre entre le président américain et un haut dirigeant étranger, a fortiori quand il s'agit du Premier ministre israélien.

Pour les Etats-Unis, la colonisation c'est fini. Point barre.

"La politique du gouvernement des Etats-Unis, depuis des décennies, c'est: la colonisation, c'est fini; ce n'est pas une nouveauté de cette administration", avait dit devant la presse le porte-parole du président Barack Obama, Robert Gibbs, peu avant la rencontre.

De récents propos de la secrétaire d'Etat Hillary Clinton ont reçu "une couverture médiatique disproportionnée", mais ils ne traduisent pas une politique différente de la part de l'administration Obama, avait-t-il ajouté.

Hillary Clinton, en visite en Israël fin octobre, avait provoqué la consternation chez les Palestiniens et les Arabes en saluant l'offre de Benyamin Netanyahu, non pas d'arrêter complètement, mais de limiter la colonisation.


AFP et Belga

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK