Avion Ryanair dérouté : la Biélorussie a agi "légalement" affirme le président Loukachenko, la Russie le croit

Le président biélorusse Alexandre Loukachenko a affirmé avoir agi "légalement" en déroutant un avion civil sur Minsk après une alerte à la bombe, rejetant l’accusation d’avoir détourné le vol pour arrêter un opposant. Il n'y a pas de raison de ne pas le croire, a soutenu la Russie.

"J’ai agi légalement en protégeant les gens", a déclaré Alexandre Loukachenko, selon l’agence d’État Belta. M. Loukachenko a ajouté que l’accuser d’avoir envoyé un avion de chasse MiG-29 pour forcer l’atterrissage du vol Ryanair était un "mensonge".

Il a également dénoncé des "attaques" franchissant "des lignes rouges" en réponse au tollé international suscité par le déroutage d’un avion vers Minsk, à bord duquel un opposant a été arrêté.

Nos adversaires de l’étranger et à l’intérieur du pays ont changé leurs méthodes

"Nos adversaires de l’étranger et à l’intérieur du pays ont changé leurs méthodes pour attaquer notre État. Ils ont franchi une multitude de lignes rouges, dépassant les limites de l’entendement et de la morale humaine", a-t-il soutenu lors d’un discours devant des élus et autres hauts responsables du régime.


►►►A lire aussi : L’avion détourné par la Biélorussie : en 1956, l’Etat français détournait l’avion du FLN


Dimanche, un avion de Ryanair qui effectuait un vol entre Athènes et Vilnius a été forcé d’atterrir au Bélarusse à la suite d’une alerte bombe qui s’est ensuite révélée fausse. Un opposant au régime du président Loukachenko, dont la réélection est contestée, a été interpellé à Minsk avec sa compagne, Sofia Sapéga, à leur descente de l’appareil.

Roman Protassevitch, 26 ans, est un ancien rédacteur en chef de l’influent média d’opposition Nexta, qui a joué un rôle clé dans l’organisation d’un mouvement de protestation historique contre Alexandre Loukachenko, en 2020.

Les pays occidentaux et l’opposition ont fermement dénoncé cet incident, accusant Minsk de "piraterie", voire de "terrorisme" d’État, pour arrêter un militant.

La Russie ne doute pas de la version du président biélorusse

Le Kremlin a affirmé mercredi n'avoir aucune raison de douter des explications de la Biélorussie. "Le Kremlin ne voit pas de raisons de ne pas croire les déclarations des dirigeants biélorusses", a indiqué le porte-parole de la présidence russe, Dmitri Peskov, une position contraire à celles des Européens et des Etats-Unis qui accusent Minsk d'une mise en scène pour incarcérer un détracteur du régime. 

Il a en outre annoncé que le président Vladimir Poutine et son homologue bélarusse Alexandre Loukachenko allaient se rencontrer vendredi dans la ville russe de Sotchi. "Aucune déclaration à la presse n'est prévue", dit Dmitri Peskov qui n'a pas non plus précisé l'agenda des pourparlers.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK