Avec un score historique pour le FN, Marine Le Pen se tourne vers 2022

En récoltant pas moins de 34,9% des voix au second tour de l'élection présidentielle française, Marine Le Pen a réalisé une performance historique pour l'extrême droite française. Héritière désignée de son père Jean-Marie à la tête du Front National, la défaite de dimanche constitue ainsi une première victoire dans l'optique du scrutin de 2022.

En 2002, une jeune femme applaudit, en larmes, son père

Le 21 avril 2002, la France est frappée par un séisme politique avec la qualification de Jean-Marie Le Pen au deuxième tour de la présidentielle. Le co-fondateur et président du parti d'extrême droite Front National, xénophobe et négationniste, sera opposé au président sortant Jacques Chirac à la surprise générale. Alors que la gauche française prend un uppercut en pleine figure, les sympathisants frontistes exultent. Au quartier général du FN, une jeune femme de 33 ans applaudit, en larmes, son père. Les Français découvrent ainsi le visage de Marine Le Pen, qui venait d'intégrer la campagne de son père afin de "lisser" son image.

Deux semaines plus tard, l'actuelle députée européenne intervient sur les plateaux de télévision après la défaite du candidat frontiste face à Jacques Chirac. Elle se fait remarquer à cette occasion et ne quittera plus la scène médiatique française au cours des quinze années suivantes. Devenant de plus en plus célèbre et populaire, Marine Le Pen entend mener une grande opération de dédiabolisation du parti censé percer le plafond de verre électoral sous lequel le FN semble prisonnier.

Une opération de dédiabolisation du FN qui crée des tensions

Cette entreprise de longue haleine génère de nombreux grincements de dents rue des Suisses, où se situe le siège du parti. Bon nombre de membres "historiques" du Front national ne veulent pas entendre parler de cette transformation et les tensions s'amplifient alors que Jean-Marie Le Pen est sur le point de céder la présidence du parti. Après des mois de conflit avec Bruno Gollnisch, tenant de la ligne "dure", Marine Le Pen succède à son père en janvier 2011 et se met directement en ordre de bataille pour le scrutin présidentielle de 2012. Elle terminera troisième du premier tour avec 17,91% des votes et plus de 6,4 millions de voix, une performance qui surpasse celle de son père au second tour dix ans plus tôt.

Le FN, dont elle tient fermement les commandes, gagne deux sièges de députés lors des législatives tenues dans la foulée de la présidentielle et fait son retour à l'Assemblée nationale. S'en suivent une série de victoires électorales, notamment aux élections européennes de 2014, où le parti devient le premier du pays après avoir recueilli 24,86% des voix. Au cours des élections régionales de décembre 2015, le parti ne prend la direction d'aucune région, mais passe tout près d'une victoire au Nord-Pas-de-Calais-Picardie et en Provence-Alpes-Côte d'Azur.

Un score historique pour le FN

Fort de ces succès et d'une machine de parti entièrement dévouée à sa personne, Marine Le Pen aborde le scrutin présidentiel de 2017 en position de force face, d'une part, à une gauche en lambeaux après la présidence de François Hollande et le spectacle destructeur des primaires et, d'autre part, une droite qui voit la campagne de son candidat plombée par les affaires judiciaires. Longtemps annoncée gagnante du premier tour, la députée européenne doit finalement courber l'échine face au jeune Emmanuel Macron, inconnu du grand public trois ans plus tôt.

En dépeignant son concurrent pendant la campagne comme le candidat de la finance, de l'uberisation et de la mondialisation décomplexée, Marine Le Pen se drapait déjà des habits d'opposante pour le quinquennat à venir. Dimanche soir, celle qui a obtenu un score historique pour l'extrême droite de 34,9% des voix pense très certainement à son prochain objectif: la présidentielle du printemps 2022.

 

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK