Aux îles Féroé, un laboratoire vétérinaire fait la différence dans la lutte contre le covid-19

Îles Féroé
Îles Féroé - © Maja Hitij - Getty Images

Aux îles Feroé, l’un des territoires européens les moins touchés par l’épidémie de covid-19, le mérite d’une bonne gestion de la crise semble bien revenir à un scientifique local, Debes Christiansen. En transformant son laboratoire qui étudie d’ordinaire l’anémie du saumon en centre de test pour le covid-19, il a permis aux autorités sanitaires locales de tester une importante partie de la population.

Les îles Féroé préservées du coronaviru

Petit territoire appartenant avec le Liechtenstein et la Géorgie, au club européen très fermé des pays n’ayant encore enregistré aucune victime du coronavirus, les îles Féroé ne déplorent qu’une personne hospitalisée touchée par covid-19. L’archipel s’apprête même à déconfiner graduellement dès le 20 avril prochain et à autoriser la réouverture des écoles et la reprise des compétitions sportives. Sans spectateurs dans un premier temps.

Un laboratoire pour saumons transformé

Le vétérinaire Debes Christiansen qui dirige une unité scientifique d’étude des saumons locaux, dès le début de la crise a transformé ses installations pour pouvoir tester du matériel humain. Il a acheté les réactifs nécessaires et un centre de test a pu être installé devant l’hôpital local. Près de 10% de la population a ainsi pu être testée et les personnes qui avaient été en contact avec des personnes testées positives ont pu être prévenues afin de se mettre en quarantaine. Par ailleurs, un hôtel a été réquisitionné afin de permettre l’isolement de nouveaux arrivants. Debes Christiansen est considéré comme un véritable héros local.

Une capacité de 1000 tests par jour

Le laboratoire de Christiansen annonce une capacité de test potentielle de 1000 par jour. Le principal avantage offert aux autorités a été le raccourcissement important des délais. Si les tests avaient dû être analysés au Danemark, le temps de réaction laissé afin de réagir aurait été beaucoup plus long et la gestion de la crise bien moins efficace.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK