Aux Etats-Unis, les migrants séparés de leurs enfants pourraient-ils perdre la garde sans même le savoir?

Aux Etats-Unis, les migrants séparés de leurs enfants pourraient-ils perdre leur garde sans même le savoir?
Aux Etats-Unis, les migrants séparés de leurs enfants pourraient-ils perdre leur garde sans même le savoir? - © RONALDO SCHEMIDT - AFP

Il y a 3 ans, alors que Barack Obama était président, Araceli - une mère salvadorienne - est arrêtée en essayant d'arriver aux Etats-Unis. Sa fille de deux ans est alors placée dans une famille d'accueil au Michigan et cette dernière va en justice pour tenter d'obtenir la garde exclusive de l'enfant. Araceli n'est même pas tenue au courant et pendant 15 mois, mère et fille seront séparées avant de se retrouver au Salvador.

Cette histoire pourrait bien se répéter encore et encore. Depuis cette affaire, des milliers d'enfants de migrants ont en effet été séparés de leurs parents et des centaines sont encore en détention, dans des abris ou des familles d'accueil américaines. 

Des failles dans le système

Depuis le mois de juin, la politique qui séparait d'office enfants et parents a été abandonnée aux Etats-Unis. Mais les associations craignent d'autres drames. Si les autorités fédérales affirment que la réunification entre parents et enfants va continuer, certaines failles dans le système doivent permettre à des juges de donner la garde exclusive des enfants à des familles américaines sans qu'ils ne doivent prévenir leurs parents.

Aujourd'hui, avec les centaines de mères et pères déportés dans un autre pays, le risque augmente bien plus. "C'est très difficile pour les parents de prouver que leur enfant sera bien soigné et reviendra en toute sécurité à la maison s'ils sont dans un autre pays et donc incapables de se présenter devant un tribunal," explique John Sandweg, ex-directeur de l'agence de police des frontières et des douanes.

Le destin de milliers d'enfants et de familles est en jeu et les traumatismes de la séparation seront très longs à surmonter.

Newsletter info

Recevez chaque matin l’essentiel de l'actualité.

OK